Mandat d'arrêt international contre un prêtre libanais soupçonné de viols sur mineurs en France

  • A
  • A
Mandat d'arrêt international contre un prêtre libanais soupçonné de viols sur mineurs en France
Le prêtre dirigeait un orphelinat dans la région de Caen, dans les années 1990. @ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Mansour Labaky, 76 ans, est poursuivi pour des viols sur plusieurs jeunes filles dans un orphelinat qu'il a dirigé entre 1991 et 1998 près de Caen. 

Un juge d'instruction de Caen vient de lancer un mandat d'arrêt international contre un prêtre libanais soupçonné de viols sur mineurs en France, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Caen. Ce mandat vise Mansour Labaky, 76 ans, poursuivi pour des viols sur une jeune fille de 13 ans dans un orphelinat qu'il a dirigé entre 1991 et 1998 à Douvres-la-Délivrande, à 10 km de Caen.

Au moins trois plaintes. Selon Maître Solange Doumic, l'avocate de cette victime présumée, qui s'est portée partie civile, deux autres jeunes filles, mineures elles aussi à l'époque ont également porté plainte pour viols ou agression sexuelles mais ne sont pas encore porté partie civile.

Condamné en 2012. Mansour Labaky a été condamné en 2012 par congrégation de la doctrine de la foi - le système de justice interne à l'Église - pour "crimes sexuels sur mineures" et ce jugement a été confirmé en 2013, a précisé l'avocate. Selon le quotidien La Croix, l'Église a alors dénoncé un comportement du prêtre "systématique, ne se limitant pas qu'à une seule victime".

Une "aura extraordinaire" au Liban. D'après Me Doumic, le prêtre nie les faits et a porté plainte contre certaines de ses victimes présumées. Selon l'avocate, le prêtre n'a aujourd'hui plus d'orphelinat mais au Liban "il enfreint complètement les décisions de l'Église qui lui imposent de ne pas célébrer la messe en public, de ne pas confesser, de ne pas rencontrer de jeunes et de vivre une vie recluse de prière et de pénitence". L'avocate affirme que le prêtre jouit d'une "aura extraordinaire" au Liban, comme auparavant en France, et du soutien sans faille de l'Église chrétienne maronite.