Mali : sa souveraineté bientôt retrouvée

  • A
  • A
Mali : sa souveraineté bientôt retrouvée
Notre intervention a permis d'obtenir en deux mois des résultats importants : l'offensive des groupes terroristes a été arrêtée (et) les villes reconquises", a souligné François Hollande.@ Reuters
Partagez sur :

La France a obtenu "des résultats importants" et retirera ses forces armées au mois d'avril.

L'INFO. La France voulait juguler l'offensive des islamistes vers la capitale Bamako, libérer les villes du Nord puis ensuite s'attaquer aux différentes poches de résistance, notamment dans l'Adrar des Ifoghas. Une mission en passe de s'achever, selon le président François Hollande, qui a assuré mercredi que presque tout le territoire malien serait bientôt libéré des groupes islamistes.

mali 930

© Max PPP

"Dans la dernière phase où nous sommes, la quasi-totalité du territoire sera revenue à la souveraineté dans quelques jours", a déclaré le chef de l'Etat français lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Le président de la République, qui est également chef des armées, tire un bilan positif de cette mission militaire dans laquelle la France s'est engagée le 11 janvier dernier aux côtés des forces maliennes. "Notre intervention a permis d'obtenir en deux mois des résultats importants : l'offensive des groupes terroristes a été arrêtée (et) les villes reconquises", a-t-il souligné.

>>> A lire : Encore "deux poches" de résistance

Nos soldats et nos otages. François Hollande a également salué le "courage" des militaires et rendu hommage aux cinq soldats français tués au Mali, "morts pour la plus juste des causes, la liberté, morts pour la France". Puis, alors qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a annoncé la veille avoir exécuté l'un de nos otages -ce qui n'a pas été confirmé par Paris-, le président a eu un mot pour ces Français retenus au Sahel. "Je pense aussi à nos otages, tout doit être fait pour les libérer", a martelé le président de la République.

>>> A lire : Paris ne confirme pas la mort d'un otage

Un retrait en avril. Quant au calendrier, c'est le Premier ministre qui s'est chargé de la préciser. Un peu plus tôt dans la journée, Jean-Marc Ayrault avait déclaré devant l'Assemblée nationale que le retrait des troupes françaises du Mali débuterait "à partir de la fin du mois d'avril".

Que va-t-il se passe ensuite ? Les forces ouest-africaines de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) doivent prendre à terme le relais des 4.000 hommes du contingent français "Serval" présents sur le terrain.