Mali : le soutien des Etats-Unis

  • A
  • A
Mali : le soutien des Etats-Unis
Des soldats français sont stationnés à Bamako, la capitale.@ EMA / ECPA-D
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Les troupes françaises ont mené des combats "au corps à corps" mercredi.

>> La dernière info. Le secrétaire d'Etat américain à la Défense a assuré mercredi soir la France de son soutien dans les opérations menées au Mali. Leon Panetta a aussi exigé "un effort international", qui devra être confirmé par l'ONU. "Au Mali, je ne crois pas qu'il s'agisse d'une guerre française", a-t-il affirmé au cours d'une rencontre avec la presse à l'ambassade américaine à Rome. Le début d'une mobilisation plus large ?

# SUR LE TERRAIN

mali soldats 930

© Reuters

La journée de mercredi a été marquée par des combats au sol. La France a pour la première fois engagé mardi des troupes au sol au Mali, pour reprendre, Diabali, une localité de l'ouest tombée la veille aux mains des islamistes. "Les forces spéciales sont actuellement à Diabali, au corps à corps avec les islamistes. L'armée malienne est également sur les lieux", a expliqué une source de sécurité malienne.

 "Plusieurs centaines de militaires maliens et français ont quitté Niono pour prendre Diabali", a assuré un élu de Niono. Une trentaine de véhicules blindés français auraient quitté la capitale en direction du Nord.

>>> A lire : L'armée française "dans la durée"

# LES SOUTIENS

• Les soutiens africains. La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) doit préparer une force d'intervention de 3.300 soldats contre les islamistes du Nord, conformément à une résolution de l'ONU. Baptisée Misma (Mission internationale de soutien au Mali), cette unité sera dirigée par un général nigérian, Shehu Abdulkadir. Le Nigeria doit fournir 900 hommes, et les premiers arriveront "dans les prochaines 24 heures". Le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Sénégal ont également annoncé l'envoi d'environ 500 hommes, le Bénin 300, la Guinée et le Ghana une centaine chacun.

>>> A lire : Mali : qui est aux côtés de la France ?

• Les soutiens européens. L'Italie est prête à fournir un soutien logistique aux opérations militaires en cours au Mali, a indiqué mercredi le ministre italien des Affaires étrangères Giulio Terzi. L'Italie est "prête à fournir un soutien logistique à l'opération", a-t-il affirmé lors d'une audition au Sénat. L'opération lancée par la France est cohérente avec la résolution 2085 du 20 décembre du Conseil de sécurité" de l'ONU, a-t-il ajouté.

# A PARIS

hollande fabius 930

© Reuters

François Hollande a assuré mercredi que la France n'était pas seule au Mali, en réponse au président de l'UMP Jean-François Copé s'inquiétant mercredi de la "solitude" de Paris dans cette opération.

Le président de la République a au passage déclaré que, conformément à l'article 35 de la Constitution, un vote du Parlement interviendra si l'opération militaire de la France au Mali "devait se prolonger au-delà de quatre mois". "Un vote du Parlement interviendra si l'opération devait se prolonger au-delà de quatre mois, c'est la lettre de notre Constitution", a déclaré le président, qui s'exprimait lors de ses voeux aux parlementaires.