Mali : le djihadiste Gilles Le Guen arrêté

  • A
  • A
Mali : le djihadiste Gilles Le Guen arrêté
@ Capture Sahara media
Partagez sur :

L'islamiste, qui se fait appeler Abdel Jelil, a été capturé et doit être remis aux autorités maliennes.

L'INFO. Le djihadiste français, Gilles Le Guen, qui était apparu il y a quelques mois à visage découvert sur une vidéo dans laquelle il mettait en garde la France, a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord du Mali par les forces françaises, a-t-on appris mardi de source proche du dossier. L'islamiste, qui se fait appeler Abdel Jelil, a été capturé au nord de Tombouctou. Il doit être remis aux autorités maliennes, comme le veut la procédure.

>>> A lire : Un sixième soldat français tué au Mali

Arrêté avec sa famille. Gilles Le Guen se trouvait dans un village à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tombouctou, là où il avait l'habitude de faire paître ses chèvres. Il dormait quand les forces françaises sont venues l'arrêter. A côté de lui se trouvait une arme, dont il ne s'est pas servi. Il a été arrêté avec sa femme, une Marocaine, et leurs enfants, transféré à Tombouctou, puis à Bamako.

Qui est-il ? Agé d'une cinquantaine d'années, il avait été repéré en septembre 2012 dans les rangs d'Aqmi sur un cliché récupéré par les services secrets français. Un membre de la sécurité malienne avait alors expliqué que le dénommé Abdel Jelil vivait avec son épouse maghrébine et leurs enfants dans le nord du Mali avant l'arrivée des islamistes et qu'il avait "épousé leurs idées".

En novembre 2012, Gilles Le Guen avait été fait prisonnier durant quelques jours par les responsables d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) à Tombouctou qui, selon des témoins, le soupçonnaient d'être un espion ou, du moins, de ne pas répondre aux "valeurs" des factions islamistes. 

>>> PORTRAIT : Gilles Le Guen, le djihadiste breton

Il menace la France. Dans une vidéo mise en ligne début octobre sur Internet, celui qui affirmait être père de cinq enfants mettait en garde la France contre une intervention militaire au Mali, alors en préparation pour en chasser les groupes islamistes armés. Il apparaissait vêtu d'une tunique beige, d'un turban noir et portant une moustache et un bouc, devant un fond noir portant le sigle d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), un fusil-mitrailleur posé à ses côtés. Avant de devenir djihadiste, Gilles Le Guen, qui a vécu au Maroc et en Mauritanie, racontait avoir été "officier de marine marchande" et avoir parcouru le monde.

Il devrait être extradé. Gilles Le Guen va être remis aux autorités maliennes,"comme le veulent les règles internationales", a indiqué mercredi sur Europe 1 le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Puis, le parquet antiterroriste devrait demander son extradition et il devrait être remis aux enquêteurs français d'ici deux à trois semaines. Le dossier "est en train d'être instruit" par la justice française, a précisé le ministre.