Mali : la Croix-Rouge suspend temporairement ses activités à Kidal

  • A
  • A
Mali : la Croix-Rouge suspend temporairement ses activités à Kidal
Dans un communiqué, l'ONU a déploré mardi "la recrudescence des actes de violence contre les organisations humanitaires" au Mali.
Partagez sur :

La décision fait suite au cambriolage de la sous-délégation du CICR à Kidal, dans l'extrême nord-est du pays.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a suspendu temporairement ses activités dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, en raison de l'insécurité, selon un communiqué de cette organisation humanitaire, mardi à Dakar.

L'hôpital pas concerné. Cet arrêt provisoire annoncé "ne touche pas les activités urgentes, notamment à l'hôpital, car une suspension à ce niveau aurait de graves conséquences humanitaires", précise le chef de la délégation du CICR au Mali, Jean-Nicolas Marti, dans ce communiqué daté de lundi. La décision fait suite au cambriolage de la sous-délégation du CICR à Kidal, chef-lieu de la région du même nom dans l'extrême nord-est du pays, à plus de 1.500 km de Bamako, la capitale, selon la Croix-Rouge.

38 incidents depuis le début de l'année. Dans un communiqué, l'ONU a déploré mardi "la recrudescence des actes de violence contre les organisations humanitaires" au Mali. "Depuis le début de l'année, 38 incidents ayant freiné l'accès des populations à l'aide humanitaire ont été répertoriés au Mali", affirme le Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha) dans le pays, dans un communiqué reçu par l'AFP à Dakar.

Cambriolage lundi. Selon Ocha, "les deux tiers de ces cas sont des actes de violence perpétrés contre le personnel, les biens et les installations des organisations humanitaires. Le plus souvent, il s'agit de braquages et de vols de véhicules". Les locaux ont été cambriolés lundi "par des inconnus vers 4h00 du matin. Face à cette situation d'insécurité, nous avons décidé de suspendre temporairement nos activités dans la région de Kidal jusqu'à nouvel ordre", affirme la Croix Rouge.

Kidal, fief de l'ex-rébellion. "Considérant qu'il s'agit du deuxième cambriolage en moins de trois mois, nous pensons qu'il s'agit d'un problème général de sécurité dans l'environnement de Kidal", déclare Jean-Nicolas Marti. "Malheureusement, le CICR demeure l'une des rares organisations présentes sur place et à fournir une assistance humanitaire dans cette région de Kidal", conclut-il. Kidal est un fief de l'ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), et l'Etat y est pratiquement absent.

Des zones échappent encore au contrôle. Le nord du Mali -vaste territoire s'étendant aujourd'hui sur cinq régions administratives- était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda à la faveur de la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Les djihadistes ont été en grande partie chassés de ces régions à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU (Minusma), régulièrement visées par des attaques malgré la signature en mai-juin 2015 par le gouvernement malien, des groupes armés qui lui sont favorables et la CMA, d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes. Depuis 2015 les attaques se sont étendues du Nord à d'autres régions du pays.