Mali : Gilles Le Guen "n’a pas tué"

  • A
  • A
Mali : Gilles Le Guen "n’a pas tué"
Gilles Le Guen a été arrêté au Mali. Sa femme et ses enfants sont rentrés en France.@ Capture Sahara media
Partagez sur :

EXCLU - La femme du djihadiste français arrêté au Mali s’est confiée à Europe 1 et défend son mari.

Le témoignage. Elle se dit fière de son mari. L’épouse de Gilles Le Guen, le djihadiste français arrêté au Mali en début de semaine, est rentrée en France avec ses cinq enfants. Alors que le Breton qui se faisait appeler Abdel Jelil doit être transféré aux autorités françaises par les forces maliennes, sa femme et ses enfants vivent désormais dans l’ouest de la France, en toute discrétion. Mais l’épouse du djihadiste a accepté de confier à Europe 1.

> L'INFO : Le djihadiste Gilles Le Guen arrêté au Mali

"Un mec qui est un peu mystique". "Mon mari, dans sa vie, c’est pas un mec qui tue pour n’importe quoi ou n’importe qui. C’est un mec qui est un peu mystique", assure la mère de famille de 32 ans, brune aux yeux verts, qui porte le hijab et apparaît décontractée. Non, Gilles Le Guen n’a "pas tué" au nom de la guerre sainte, et n’a pas non plus combattu l’armée française au Mali, affirme celle qui se dit djihadiste comme son mari.

"Il a décidé qu’il n’allait pas faire la guerre, il a dit que ça n’avait pas de sens" ajoute-t-elle. "Gilles a dit ‘qu’est-ce que je fais là-dedans, moi ? C’est pas mon histoire’", selon elle. Ses enfants ne se rendent compte de rien, assure-t-elle.

> PORTRAIT : Gilles Le Guen, ce djihadiste breton

Un aventurier de l'islamisme. Gilles Le Guen est en quelque sorte un électron libre, un aventurier de l'islamisme qui se trouve à Tombouctou au moment où les djihadistes font leur entrée dans la ville en 2012. A l'époque, il tient déjà un discours radical. C'est un partisan de la charia, a confirmé son épouse à Europe 1. Sur place, il va apprendre, pendant quinze jours d'entraînement, à manier la kalachnikov sous la tutelle du mouvement Ansar Dine puis s'engage aux côtés des hommes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Comme il n'est pas un vrai soldat et "qu'il peut s'énerver très gravement", raconte sa femme, il n'hésite pas à s'opposer frontalement et physiquement à ceux qui frappent les femmes par exemple. Cela lui vaudra trois jours de prison. Aqmi le soupçonne d'être un espion. Un mois plus tôt, il joue les porte-paroles d'Aqmi "de son propre fait", poursuit sa femme, et met en ligne la fameuse vidéo où il menace la France.

L’épouse revient aussi sur l’arrestation, au cours de laquelle Gilles Le Guen ne s’est pas défendu. "On était en train de dormir, à 2 heures du matin". Maintenant, son mari "va se défendre, il va dire ce qu’il pense à ces gens-là, ce gouvernement, cette police, pour dire la vérité à tout le monde, à François Hollande, à ses ministres", affirme-t-elle encore. Après cela, "nous repartirons loin de la France, si Dieu le veut", conclut-elle.