Mali : attaque suicide près de l'aéroport de Gao, seul l'auteur tué

  • A
  • A
Mali : attaque suicide près de l'aéroport de Gao, seul l'auteur tué
Au Mali, des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.@ JOHN MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :

"Un terroriste a fait exploser sa voiture non loin de notre camp. Il est mort sur le coup", a expliqué un soldat malien.

Une tentative d'attentat suicide visant mardi soir l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali, s'est soldée par la mort de son auteur, sans autre victime, a-t-on appris de sources de sécurité concordantes.

Pas de victime sinon l'assaillant. "Au moins un kamikaze a été tué après l'explosion de son véhicule sur la route de l'aéroport de Gao", a indiqué une source de sécurité au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), déployée dans le secteur, soulignant que la déflagration avait provoqué "un énorme bruit". "Les Casques bleus se sont tout de suite mis en position d'attaque . On ne compte pas de victimes parmi les Casques bleus ou les soldats maliens dont le camp est situé non loin du lieu de l'attaque", a-t-on précisé. Une source militaire malienne a confirmé l'information. "Un terroriste a fait exploser sa voiture non loin de notre camp. Il est mort sur le coup", a affirmé cette source.

Situation encore instable. En octobre, un kamikaze a péri en activant l'explosif qu'il portait sur lui au passage d'une patrouille de Casques bleus suédois à Tombouctou (nord-ouest), sans faire de blessé. Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes, dont l'application accumule les retards.