Maduro accuse les États-Unis de vouloir faire éclater le Venezuela

  • A
  • A
Maduro accuse les États-Unis de vouloir faire éclater le Venezuela
Nicolas Maduro estime que le Venezuela est "dans le viseur" des États-Unis.@ Ronaldo SCHEMIDT / AFP
Partagez sur :

Selon Nicolas Maduro, le président du Venezuela, les États-Unis veulent faire éclater le pays d'Amérique du Sud. Une accusation qui survient alors que Maduro est en difficulté.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé lundi les États-Unis d’œuvrer au blocage du dialogue avec l'opposition de son pays afin de "faire éclater" le Venezuela.

Le Venezuela "dans le viseur" des États-Unis ? "La vérité vraie est que l'ordre a été donné à Washington pour le "zéro dialogue" au Venezuela, dans le but de faire éclater notre pays et (permettre) une invasion étrangère", a accusé le président vénézuélien, visé depuis 10 jours par une nouvelle vague de manifestations de l'opposition dans son pays.

Le Venezuela est "dans le viseur", a poursuivi Nicolas Maduro en clôture d'une réunion de pays de la gauche latino-américaine convoquée à Cuba pour réaffirmer le soutien sans faille de ces gouvernements amis au leader socialiste.

La gauche latino-américaine dénonce des "manipulations concertées". Dans une déclaration commune, ces pays de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba) ont condamné les "attaques et manipulations concertées" contre le gouvernement de Nicolas Maduro, attaques qui selon eux "menacent sa souveraineté comme son indépendance et sa stabilité, ainsi que celles de toute la région".

"Nous condamnons la conduite intrusive, illégale et pro-impérialiste du secrétaire général de" l'Organisation des États Américains (OEA) Luis Almagro, ont encore ajouté les membres de l'Alba au sujet du leader régional uruguayen, qui ne ménage pas ses critiques envers le président vénézuélien.

Le Venezuela en crise depuis plusieurs mois. La tenue de cette réunion ministérielle avait été organisée pour contrer les vives critiques émises à l'étranger contre l'attitude du gouvernement de Nicolas Maduro face à la crise politico-économique qu'il affronte depuis plusieurs mois.

Le successeur de Hugo Chavez est notamment accusé d'être responsable de la sanction récemment infligée à son principal opposant, Henrique Capriles, déclaré inéligible pour 15 ans, ainsi que de la tentative (finalement avortée) de la Cour suprême, réputée proche du président Maduro, de s'arroger les pouvoirs du Parlement.

De nombreux heurts à Caracas. De nombreux heurts entre forces de l'ordre et manifestants ont éclaté ces dernières semaines à Caracas. Le 6 avril, un jeune homme de 19 ans a été tué et 19 personnes blessés. Lundi, plusieurs personnes ont encore été blessées lors d'une nouvelle manifestation, selon le maire d'un district de la capitale.