Madagascar: victime d'une "erreur" de kidnapping

  • A
  • A
Madagascar: victime d'une "erreur" de kidnapping
Une rue d'Antananarivo.@ REUTERS
Partagez sur :

Les ravisseurs visaient le PDG de la société. Ils ont enlevé son directeur général, un Français.

L'info. Un Français de 39 ans, directeur général d'une grosse entreprise a été enlevé lundi par erreur à Madagascar. Ses ravisseurs visaient en fait le PDG de la société. Malgré leur méprise, ils réclament une rançon d'environ 240.000 euros.

Qui est l'otage ? François Raphaël, 39 ans, marié et père de trois enfants, réside à Madagascar depuis dix mois, selon la police. Il est directeur général de l'entreprise de location-vente d'engins de chantiers Henri Fraise.

Enlevé par des hommes cagoulés. Alors que François Raphaël était sur le point de regagner sa résidence à Ilafy, dans le nord d'Antananarivo, lundi soir, quatre hommes cagoulés et armés d'une kalachnikov et d'un pistolet automatique ont cassé la vitre de son véhicule avec un marteau et ordonné à son chauffeur de s'accroupir à l'arrière, selon les déclarations de son chauffeur aux policiers. Ils ont ensuite pris le volant et ont fait quelques kilomètres avant d'abandonner le chauffeur, le véhicule et la clef et d'emmener avec eux François Raphaël vers Analamahitsy, un autre quartier du nord de la capitale, toujours selon le chauffeur.

Des excuses... Après avoir réalisé qu'il n'avait pas enlevé la "bonne personne", les ravisseurs ont contacté l'épouse de François Raphaël mardi, et lui ont présenté des excuses. Ils ont dit s'être trompés de cible : c'est son patron, le PDG du groupe, Georges Fraise, actuellement à New-York, qu'il visait.  Ils ont garanti qu'ils ne feraient pas de mal à leur otage "inattendu".

Les ravisseurs à l'épouse de l'otage : "le mal est fait"

....mais une demande de rançon. Malgré leur méprise, les ravisseurs ont tout de même demandé à l'épouse du kidnappé de payer une rançon. "Ils lui ont dit : 'le mal est fait et le processus suit son cours dans le sens de l'opération de la rançon'", a raconté le directeur général de la police malgache joint par Europe1. Dans un premier temps, les ravisseurs réclamaient 300.000 euros. Après des négociations téléphoniques avec la famille mardi soir, le montant a été réduit à 240.000 euros (3,5 milliards de francs malgaches). Le paiement n'a pas encore eu lieu, selon la police.

Où en est l'enquête ? La police scientifique n'a pas trouvé d'empreintes dans la voiture mais le chef de la brigade criminelle d'Antananarivo, le commissaire Fidy Andriamandry, a assuré être sur "une ou deux pistes sérieuses", sans toutefois en dire plus.

Le rapt d'un Français, une première sur l'île. L'insécurité à Madagascar s'est aggravée depuis le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009. Mais si les kidnappings se sont multipliés ces derniers mois, ils touchaient surtout jusqu'à présent des ressortissants indiens et des grands opérateurs économiques. C'est la première fois qu'un Français en est victime.