L'ouragan Matthew fait ses premières victimes en Haïti

  • A
  • A
L'ouragan Matthew fait ses premières victimes en Haïti
Lundi soir, 2.000 personnes avaient été évacuées en Haïti.@ YAMIL LAGE / AFP
Partagez sur :

Matthew, actuellement en approche de l’île d'Haïti, poursuit sa route en direction de Cuba et de la Jamaïque.

Le très puissant ouragan Matthew a fait ses premières victimes en Haïti et continuait de se rapprocher lundi du pays de la Caraïbe et de l'est de Cuba, où l'on redoute d'importants dégâts et où des milliers de personnes ont été évacuées.

Naufrages de pirogues. Dès vendredi, un homme est mort après le naufrage d'une pirogue dans le sud d'Haïti, selon la direction de la protection civile haïtienne. Une autre personne était portée disparue lundi après un autre naufrage de pirogue. L’œil de l'ouragan se trouvait lundi soir (2 heures du matin en France) à 325 kilomètres au sud-ouest de la capitale Port-au-Prince et poursuivait sa lente progression vers le nord.

Des vents à 220 km/h. "Selon les prévisions, le centre de Matthew s'approchera de la côte sud-ouest d'Haïti ce soir, continuera à s'approcher de l'est de Cuba plus tard mardi, avant de passer près ou au-dessus de certaines portions du sud-est des Bahamas mardi soir et mercredi", a prédit le centre américain de surveillance des ouragans (NHC), basé à Miami. Celui-ci fait état de vents soufflant à près de 220 km/h, avec des bourrasques encore plus puissantes, classant Matthew en catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5.

La Jamaïque s'estime préparée. Haïti, les provinces orientales de Cuba et les Bahamas ont été placés en alerte ouragan. En Haïti, le niveau d'alerte est passé d'orange à rouge, le maximum dans ce pays, le plus pauvre de la région, et plus de 2.000 personnes vivant dans la péninsule sud avaient été évacuées lundi soir. Sur l'île de Cuba, les autorités militaires américaines ont évacué les personnels non essentiels et leurs familles de la base militaire et prison controversée de Guantanamo. Quant aux 61 prisonniers de la "guerre contre le terrorisme", ils sont à l'abri dans les installations prévues pour résister à ce type de tempête. Les autorités de Jamaïque s'attendent à une tempête d'une violence équivalente à celle de Gilbert (catégorie 5), qui avait frappé le pays le 12 septembre 1988 et fait 40 morts et d'énormes dégâts. Mais le Premier ministre Andrew Holness a souligné que le pays était "bien plus préparé" qu'alors et le pays a rétrogradé son niveau d'alerte et n'est plus qu'en "vigilance tempête tropicale".