Londres s'excuse après une "agression" contre un général saoudien

  • A
  • A
Londres s'excuse après une "agression" contre un général saoudien
L'Arabie saoudite est régulièrement critiquée pour l'intervention qu'elle dirige au Yémen à la tête d'une coalition arabe.@ FAYEZ NURELDINE / AFP
Partagez sur :

Le général Assiri a été la cible d'un jet d’œuf alors qu'il arrivait à ce forum organisé par l'European Council on Foreign Relations.

La Grande-Bretagne s'est excusée auprès de l'Arabie saoudite pour "l'agression" dont a été victime le porte-parole de la coalition arabe au Yémen, le général saoudien Ahmed Assiri, lors d'un séminaire à Londres, a indiqué l'agence officielle SPA à Ryad.

Victime d'un jet d’œuf. Le général Assiri a fait l'objet de vives critiques pour la campagne militaire menée par l'Arabie saoudite au Yémen et a été la cible d'un jet d’œuf alors qu'il arrivait à ce forum organisé jeudi par l'European Council on Foreign Relations, selon des médias. L'officier a confirmé à l'AFP avoir été "agressé" par des manifestants.

Londres cherche à se rapprocher de Ryad. Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a appelé le vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, fils du roi et ministre de la Défense, a rapporté l'agence SPA dans la nuit de samedi à dimanche. Le ministre britannique s'est excusé pour "l'agression dont a été l'objet le général Ahmed Assiri, conseiller du prince, de la part de manifestants", a ajouté l'agence. Londres cherche à se rapprocher de Ryad et des pays du Golfe depuis sa décision de quitter l'Union européenne.

L'Arabie saoudite est régulièrement critiquée pour l'intervention qu'elle dirige au Yémen à la tête d'une coalition arabe. Depuis mars 2015, le conflit yéménite a fait plus de 7.700 morts, majoritairement des civils, et 42.500 blessés, selon les Nations unies. Ryad et ses alliés affirment que les rebelles Houthis yéménites ont pris le pouvoir à Sanaa à l'issue d'un "coup de force" et qu'ils constituent une "menace" pour les pays du Golfe car ils "agissent avec l'Iran".