Londres : qui sont les tueurs de Woolwich ?

  • A
  • A
Londres : qui sont les tueurs de Woolwich ?
Les suspects du meurtre barbare de Londres sont d'origine nigériane.@ Capture YouTube / Itv news
Partagez sur :

PROFIL - Les auteurs présumés du meurtre d’un soldat seraient des "loups solitaires".

L’info. Les deux suspects auraient agi seuls. Au lendemain du meurtre barbare d’un soldat à Londres, qui a choqué la Grande-Bretagne, on commence à en savoir plus sur le profil des deux auteurs présumés, qui ont été arrêtés dans la foulée et hospitalisés. Les deux hommes, d’origine nigériane, seraient connus des services de renseignement.

> L'INFO : Un soldat massacré en pleine rue

Des origines nigérianes. L’un des deux agresseurs est né en Grande-Bretagne de parents nigérians chrétiens, selon The Guardian. Selon des médias britanniques, il s’appelle Michael Adebolajo et serait âgé de 28 ans. L’autre suspect pourrait aussi être d’origine nigériane. Convertis à une forme d’islam radical, ils n’auraient cependant pas de liens avec des organisations terroristes basées au Nigeria, comme la secte Boko Haram, écrit The Daily Telegraph.

> TÉMOIGNAGES : "Comme des animaux"

Une organisation islamiste. En revanche, Michael Adebolajo serait toutefois connu d'une organisation islamiste interdite sur le sol britannique, Al Muhajiroun. Un ancien leader de ce groupe a confirmé à The Independent l’avoir connu alors qu’il se faisait appeler Mujahid. Il se serait converti à l’islam en 2003 et aurait cessé d’assister aux réunions du groupe il y a deux ans. Michael Adebolajo aurait été connu des services de sécurité avant les faits, une hypothèse évoquée par le Premier ministre britannique David Cameron, qui a toutefois refusé de la commenter.

"Œil pour œil, dent pour dent". Après avoir commis leur crime, les deux suspects sont restés sur les lieux, invitant les passants à filmer ou photographier la scène. Dans une vidéo amateur filmée juste après les faits, Michael Adebolajo, vêtu d’un jean, de baskets et d’un blouson, s’exprime avec un fort accent londonien, expliquant : "la seule raison pour laquelle nous avons tué cet homme aujourd’hui, c’est parce que des musulmans sont tués quotidiennement par des soldats britanniques. Avec ce soldat britannique, c’est œil pour œil et dent pour dent".

> RÉCIT : Celle qui a osé s'interposer