Londres : le scandale des notes de frais fait chuter le "speaker"

  • A
  • A
Londres : le scandale des notes de frais fait chuter le "speaker"
Partagez sur :

Le président de la Chambre des communes, Michael Martin, a annoncé mardi qu'il démissionnerait le 21 juin, à cause du scandale des notes de frais qui éclabousse la classe politique britannique.

C'est une première depuis 1695 : le président de la Chambre des communes britannique, Michael Martin, 63 ans, a annoncé sa démission, mardi en début d'après-midi. Il devient la première victime du scandale des notes de frais, qui éclabousse la classe politique britannique depuis plusieurs semaines.

Regardez la déclaration de 40 secondes du "Speaker", diffusée en direct par toutes les chaînes de télévision, mardi après midi :

"Depuis que j'ai rejoint cette chambre il y a trente ans, j'ai toujours eu le sentiment que cette chambre donnait le meilleur d'elle-même lorsqu'elle est unie" explique Michael Martin.

Pour ses détracteurs, l'ancien syndicaliste âgé aujourd'hui de 63 ans constitue "une partie du problème" parce qu'il a mené une longue bataille judiciaire pour bloquer toute publication des notes de frais des élus.

Le "Speaker" était sous le coup d’une motion de défiance signée par plus de vingt députés de tous bords qui lui reprochent d'être resté sourd aux demandes de réforme du système des notes de frais des élus britanniques qui a permis à certains d’entre eux de se faire rembourser l'entretien de leur piscine, de la nourriture pour leur chien, voire des prêts immobiliers dont ils s'étaient acquittés depuis longtemps.