Londres : fouilles dans le plus vieux cimetière au milieu de la City

  • A
  • A
Londres : fouilles dans le plus vieux cimetière au milieu de la City
@ AFP/CROSSRAIL
Partagez sur :

Le cimetière était utilisé aux 16e et 17e siècles. Environ 3.000 squelettes doivent être extraits du plus vieux lieu public de sépulture de la capitale britannique.

C'est un chantier de fouille impressionnant. Au beau milieu de la capitale britannique, soixante archéologues ont commencé mardi des fouilles sur le site du premier cimetière municipal londonien utilisé entre les 16e et 17e siècles. Appelé Bedlam, il a été découvert en 2013 à la faveur d'un vaste chantier d'aménagement ferroviaire.

Jour et nuit, six jours sur sept. Pendant six mois, ces spécialistes travailleront sans relâche, se relayant jour et nuit, six jours sur sept, au cœur de la City de Londres, a précisé Crossrail responsable du projet de nouvelle desserte ferroviaire. Au cours du premier mois, les archéologues extrairont environ 3.000 squelettes de ce cimetière, utilisé de 1569 jusqu'à au moins 1738, et où 20.000 Londoniens auraient été enterrés.

Cimetière Londres AFP bandeau

© AFP/CROSSRAIL

En apprendre plus sur la peste. "Ces fouilles sont une occasion unique de comprendre la vie et la mort des Londoniens [à cette époque]. Le cimetière de Bedlam couvre une phase passionnante de l'histoire de Londres", a déclaré Jay Carver, le responsable des fouilles. "C'est probablement la première fois qu'un échantillon de cette taille sur cette période peut être étudié par des archéologues à Londres", ajoute-t-il. Alors que 2015 marque le 350e anniversaire de la dernière grande épidémie de peste à Londres, les scientifiques espèrent en apprendre plus sur ce virus qui a décimé l'Europe au Moyen-Age. De nombreuses victimes de cette maladie ont été enterrées à Bedlam.

Une fois le cimetière fouillé, les archéologues s'attaqueront aux couches antérieures, datant de l'époque médiévale et de l'époque romaine. Au total, jusqu'à six mètres de profondeur seront étudiés.

Des chantiers propices. Les travaux ferroviaires reprendront en septembre prochain sur ce site qui doit accueillir un nouveau hall pour la station de Liverpool Street. Crossrail, prévue pour entrer en service en 2018, doit traverser la capitale britannique d'est en ouest, reliant notamment la City à l'aéroport de Heathrow, et ainsi désengorger le réseau de transports en commun londonien. Les travaux gigantesques qu'elle occasionne ont déjà permis de mettre à jour plus de 10.000 ouvrages ou restes humains sur une période remontant à des millions d'années.