L'Indonésie annonce des exécutions, des étrangers sur la liste

  • A
  • A
L'Indonésie annonce des exécutions, des étrangers sur la liste
Le chef général de la police et le procureur général d'Indonésie H.M. Prasetyo@ ROMEO GACAD / AFP
Partagez sur :

Leurs noms n'ont pas été précisé. Le Français Serge Atlaoui, toujours emprisonné, avait bénéficié en 2015 d'un sursis.

Deux détenus au moins, dont des étrangers, vont être exécutés cette année, annonce lundi le procureur général d'Indonésie, sans préciser leur nationalité ni les raisons de leurs condamnations.

Fusillés sous peu. Le procureur général H.M. Prasetyo a précisé que les prisonniers seraient fusillés sous peu. "La mise en oeuvre des exécutions sera effectuée après la période fériée (de l'Aïd el-Fitr, ou rupture du jeûne du mois de ramadan) qui vient de se terminer", a précisé le procureur . "Il y a plus que deux personnes et il y a des étrangers. Il y a des contestations mais nous allons quand même mener à bien les exécutions", a-t-il poursuivi.

Serge Atlaoui, un sursis en 2015. Quatorze personnes ont été exécutées l'année dernière en Indonésie ; la plupart étaient des étrangers, reconnus coupables de trafic de drogue. Plusieurs étrangers condamnés à mort pour trafic de drogue, dont le Français Serge Atlaoui, ont obtenu un sursis l'année dernière en raison du tollé international suscité par l'exécution de plusieurs autres trafiquants.

16 mises à mort prévues en 2016. L'Indonésie a promis d'augmenter encore les exécutions, malgré les condamnations de la communauté internationale. Le procureur Prasetyo avait évoqué précédemment le chiffre de 16 prisonniers mis à mort en 2016, et plus du double l'année suivante.