Limogeage du chef du FBI : un Trump revêche se défend sur Twitter

  • A
  • A
Limogeage du chef du FBI : un Trump revêche se défend sur Twitter
Le président américain s'est livré mercredi à une série de tweet abrupts en réponse aux critiques sur sa décision de limoger le directeur du FBI.@ BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Partagez sur :

Le président américain s'est livré mercredi à une série de tweet particulièrement abrupts en réponse aux critiques sur sa décision de limoger le directeur du FBI.

Utilisateur prolifique du réseau Twitter, le président américain Donald Trump a livré mercredi une série de messages particulièrement acrimonieux contre les critiques concernant sa décision de limoger le directeur du FBI, James Comey.

Au cours d'une série de sept tweets en l'espace de seulement deux heures, mercredi matin, Donald Trump a multiplié les attaques et s'en est violemment pris au sénateur démocrate Richard Blumenthal qui s'inquiétait sur les télévisions américaines d'une "possible crise constitutionnelle".

"Il a pleuré comme un bébé". "Regarder le sénateur Richard Blumenthal parler de Comey est une plaisanterie", a rétorqué le président américain. " 'Richie' est à l'origine de l'une des plus grandes fraudes militaires de l'histoire des États-Unis", a-t-il poursuivi, rappelant que le sénateur démocrate avait laissé entendre, en 2010, avoir combattu pendant la guerre du Vietnam. 



"Sauf qu'il n'a jamais été là-bas", a martelé Donald Trump. "Il a pleuré comme un bébé" quand il s'est fait attrapé, a-t-il ironisé. "C'est lui qui devrait faire l'objet d'une enquête". Donald Trump lui-même avait échappé à la conscription pendant la guerre du Vietnam et n'a jamais effectué de service militaire. 





Tweet du matin et tweet du soir. Le président américain a expliqué à plusieurs reprises préférer communiquer directement via son compte Twitter pour éviter de passer par les médias qu'ils dit biaisés contre lui. Plusieurs observateurs ont noté que le président tweetait le plus souvent tôt le matin ou tard le soir, à l'heure des journaux télévisés sur les chaînes du câble. Cette dernière série de tweets est toutefois exceptionnelle par son intensité.

Mardi soir, le président américain avait déjà qualifié, toujours sur Twitter, le chef de file démocrate Chuck Schumer de "pleurnichard" pour ses critiques sur le limogeage brutal du chef du FBI.



Mercredi matin, le président américain s'en est également pris à un reportage de CNN faisant un lien entre ce limogeage et l'enquête ouverte par le FBI sur d'éventuelles collusions entre la Russie et l'entourage de Donald Trump pendant la campagne électorale.



"Quand les choses se calmeront, ils me remercieront". Outre ses commentaires acides, Donald Trump a partagé un lien vers un article du site conservateur Drudge Report listant "les 10 plus gros scandales du FBI sous la direction de Comey", essentiellement sur le terrorisme. "Comey a perdu la confiance de pratiquement tout le monde à Washington, républicains comme démocrates. Quand les choses se calmeront, ils me remercieront", a expliqué le président américain dans cette série de messages Twitter pour justifier sa décision.