Libye : une deuxième journée d'offensive

  • A
  • A
Libye : une deuxième journée d'offensive
Les forces internationales frappent les véhiculent des forces fidèles à Kadhafi.@ Goran Tomasevic / Reuters
Partagez sur :

La journée de dimanche en Libye a été marquée par une série d'attaques contre des positions libyennes.

"L’aube de l'odyssée", journée 2. Lancée samedi en fin d’après-midi, l'opération militaire des alliés a été marquée dimanche par une série d'attaques contre des positions du régime de Mouammar Kadhafi qui a assuré en retour qu'il allait désormais respecter un cessez-le-feu. Un engagement invérifiable sur le terrain.

Revivez les événements de la journée de dimanche relatés par Europe1.fr :

22h15 : Les insurgés déplorent plus de 8.000 morts. Plus de 8.000 Libyens qui luttaient dans le camp des insurgés ont été tués depuis le début de la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi, a déclaré dimanche à la chaîne de télévision Al Djazira un porte-parole de l'insurrection. "Nous déplorons plus de 8.000 tués", a dit Abdel Hafiz Ghoga

21h17 : Forte explosion à Tripoli.De fortes explosions ont secoué Tripoli dimanche, dont l'une dans le secteur de la résidence du dirigeant Mouammar Kadhafi d'où s'élevait une colonne de fumée, alors que des tirs de batteries anti-aériennes étaient entendus dans la capitale.

20h15 : Deux avions de combat italiens ont décollé de Sicile. Deux Tornados italiens ont décollé de la base aérienne de Trapani, en Sicile, dimanche soir, a annoncé l'agence italienne Ansa, ajoutant que leur destination n'avait pas été précisée.

20h02 : Le régime libyen annonce un cessez-le-feu. Le régime du colonel Mouammar Kadhafi a annoncé un cessez-le-feu à partir de dimanche 19h00 GMT (20 heures à Paris), en réponse à l'appel lancé samedi par l'Union africaine à "la cessation immédiate des hostilités", a déclaré un porte-parole de l'armée.

19h43 : La France défend l'intervention de la coalition. La France "applique pleinement et uniquement la résolution 1973" votée par le Conseil de sécurité des Nations unies sur la Libye, a affirmé dimanche le ministère de la Défense, en réponse aux critiques exprimées par la Ligue arabe sur les opérations militaires en cours.

19h24 : Tirs de la défense anti-aérienne à Tripoli. Les batteries antiaériennes libyennes sont entrées en action dimanche soir dans le centre de la capitale Tripoli. Des tirs de mitrailleuses ont également été entendus.

19h07 : Hollande approuve l'intervention. Le président PS du conseil général de la Corrèze, François Hollande, a déclaré dimanche à Tulle approuver le déclenchement des attaques aériennes contre les forces du colonel Kadhafi en Libye, le qualifiant de "légitime" et de "nécessaire".

18h59 : Le navire italien retenu à Tripoli quitte le port. Le navire remorqueur italien retenu depuis samedi à Tripoli a quitté le port dimanche après-midi avec l'équipage ainsi que des "personnes affirmant appartenir aux autorités portuaires et militaires libyennes", a annoncé dans un communiqué l'armateur du bateau. Les 11 membres d'équipage "se portent bien et se trouvent à bord du navire", indique la compagnie Augusta Offshore. "Nous sommes en contact permanent avec l'unité du crise du ministère des Affaires étrangères pour collaborer et nous coordonner avec les autorités", précise-t-elle.

18h58 : De nouveaux raids américains attendus. Les Etats-Unis s'attendent à mener de nouveaux raids en Libye, a déclaré dimanche un haut gradé américain. "Il s'agit d'une opération militaire en cours. Je m'attends totalement à d'autres raids", a dit cet officier sous le sceau de l'anonymat.

18h30 : "Benghazi est vraiment sécurisée aujourd’hui. Il n’y a plus de bombardements, les tanks sont ressortis de la ville, les frappes françaises les ont repoussés", déclare à Europe 1 Mustafa Gueriani, porte-parole du Conseil national de transition libyen (CNT), l'organe de représentation des anti-Kadhafi.

Pour lui, le départ du dictateur libyen "n'est plus qu'une question de temps" :

17h57 : L'intervention française ne pose "aucune difficulté particulière". La France a engagé dimanche "plus d'une quinzaine d'appareils" dans des "frappes au sol", a annoncé le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armée. L'action conduite a été efficace, a ajouté un porte-parole du ministère français de la Défense. D'après lui, "aucune difficulté particulière" n'a été relevée dans l'intervention française. La France "applique pleinement et uniquement la résolution" de l'ONU a rappelé ce porte-parole.

17h02 : Les forces kadhafistes entrent dans Misrata. Les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont fait dimanche leur entrée dans le centre de Misrata, troisième ville de Libye, située à moins de 220 km à l'est de Tripoli, rapportent des habitants. L'entrée des blindés de l'armée régulière libyenne dans le centre de la plus grande ville tenue par les insurgés à l'ouest du golfe de Syrte est intervenue malgré des tirs effectués la nuit dernière par les forces occidentales contre les bases des forces kadhafistes au sud de la ville.

16h58 : Une base libyenne touchée par un raid. La base libyenne d'Al Watyah, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, fait partie des cibles visées par les raids aériens lancés la nuit dernière par les Occidentaux, a déclaré dimanche un responsable militaire libyen. "Ils ont tenté d'attaquer les défenses anti-aériennes (de la base)", a dit ce responsable sous le sceau de l'anonymat. "Certaines ont été endommagées", a-t-il ajouté en précisant que la base n'avait pas subi d'autres dégâts.

16h55 : Controverse autour de l'utilisation des bases britanniques. Les autorités chypriotes ont déclaré dimanche s'opposer à ce que les bases britanniques de Chypre servent à faire respecter la zone d'exclusion aérienne imposée par l'Onu au-dessus de la Libye, mais ont reconnu ne pas être en mesure d'empêcher leur utilisation à cette fin. La Grande-Bretagne dispose de deux bases militaires souveraines à Chypre, en Méditerranée orientale.

16h30 : DOCUMENT.Dans la photo ci-dessous, obtenue par Europe 1 auprès du Sirpa Air, on peut voir des militaires français sur la base aérienne d’Avord charger des munitions à bord d'un Transall. Ces munitions sont destinées à équiper les chasseurs pouvant intervenir au-dessus du sol libyen. La photo date de samedi.

Chargement des munitions à bord d'un Transall.

© SIRPA AIR

16h04. Vingt des 22 objectifs visés atteints. Les tirs de missiles américains et britanniques effectués samedi contre les défenses antiaériennes de la Libye ont permis d'atteindre "à des degrés divers" 20 des 22 objectifs visés, a déclaré dimanche le lieutenant James Stockman, porte-parole du commandement Afrique de l'armée américaine. Plus de 110 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés samedi à partir de sous-marins et de bâtiments de surface américains et britanniques en Méditerranée.

15h51. Les proches des marins du porte-avions Charles-de-Gaulle inquiets. Brigitte Rénaldi, journaliste à Europe 1, a rencontré dimanche des familles de marins en partance pour la Libye. Seuls les proches étaient autorisés à entrer dans l'arsenal pour accompagner ceux et celles qui devaient partir. "Il y avait un peu de larmes", a confié un parent à Brigitte Rénaldi. Une jeune femme, sa fille dans les bras, était venue dire au revoir à son mari : "on espère qu'il va rentrer", a t-elle confié.

15h30. Deux journalistes et un photographe portés disparu. L'Agence France Presse indique dimanche que deux de ses journalistes et un photographe de Getty Images ne donnent plus signe de vie depuis vendredi. Dave Clark, 38 ans, Roberto Schmidt, 45 ans et Joe Raedle se trouvaient dans la région de Tobrouk où ils devaient rencontrer des opposants au régime.

15h28 :Le peuple divisé sur l'intervention. Au lendemain, du début des frappes aériennes, l'envoyé spécial d'Europe 1, Emmanuel Renard, s'est rendu à Tobrouk pour prendre la température parmi la population. "Merci beaucoup Sarkozy ! ", crie un habitant de la ville. "Nous n’oublierons jamais ce qu’il a fait pour nous. C’est une journée très spéciale pour nous maintenant le monde entier est avec nous. Kadhafi tue les femmes, tue les enfants mais maintenant de ce pays tout le monde le sait". Pour Mohammed, s'est aussi le soulagement. Pour lui , le plus dur est fait. "Je vais aller à Tripoli, croyez moi j’irai à Tripoli pour faire la fête !". Quelques personnes soutiennent encore le colonel Kadhafi. "Je n’ai pas du tout entendu ce dont vous parlez", prétend une femme au micro d'Europe 1. Pour elle, les frappes n'existent pas. "Kadhafi est un homme très bien. Je suis à fond derrière notre guide. Tout est bon dans Kadhafi. Vive Kadhafi ! "

15h10 : Pas de frappes contre les civils. Le fils de Mouammar Kadhafi, Seïf Kadhafi, a exclu dimanche des frappes contre des vols civils en Méditerranée. Il a également déclaré que l'Occident était abusé par un "malentendu" sur la situation dans son pays.

14h58 : Pas encore d'état-major centralisé. Le ministère français de la Défense a indiqué dimanche qu'il n'y avait pas encore d'état-major centralisé pour gérer les frappes en Libye. Les opérations aériennes sont actuellement conduites par des état-majors français, américain et britannique "coordonnés".

14h57 : Sarkozy fera un "point"dimanche. Dimanche en fin de journée, Nicolas Sarkozy fera un "point" concernant la situation en Libye avec François Fillon, Alain Juppé, Gérard Longuet et Edouard Guillaud.

14h54 : La coalition accusée par Moscou de tuer des civils. La Russie souhaite que la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis cessent les raids aériens sur la Libye. Selon Moscou des cibles civiles ont été frappées, parmi lesquelles un centre de santé, des routes et des ponts.

14h53 : Huit avions italiens mis à disposition. L'Italie met à disposition de la coalition internationale, huit avions (4 chasseurs et 4 Tornado) qui pourraient être utilisés "à tout moment".

14h42 : La Ligue arabe critique les bombardements. "Ce qui s'est passé en Libye diffère du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne, et ce que nous voulons c'est la protection des civils et pas le bombardement d'autres civils", a expliqué dimanche le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa. Des consultations sont en cours pour la tenue d'une réunion d'urgence.

Regardez cette vidéo amateur des combats en Libye :

14h24 : Les opérations "pleinement réussies". Le ministre britannique, Liam Fox, s'est félicité dimanche de l'avancée des frappes occidentales, qualifiant les opérations de "pleinement réussies".

Retrouvez les premières images de la guerre sur Parismatch.com.

13h17 : Appareillage du Charles-de-Gaulle. Le porte-avions français, le Charles-de-Gaulle, a commencé a appareiller dimanche vers 13 heures, du port de Toulon. Il doit se rendre en Libye pour participer aux actions internationales.

13h07 : Six chasseurs danois prêts à décoller. Six avions danois, des F16, sont arrivés samedi sur la base de Sigonella en Sicile. Ils sont prêts à décoller.

12h47 : L'opération est un "succès". Les premières frappes menées sur la Libye sont "un succès", selon le plus haut gradé américain, l'amiral Michael Mullen.

12h35 : Destruction de véhicules. Des dizaines de véhicules militaires pro-Khadafi ont été détruits à Benghazi.

12h34 : Raid américain. Au moins 19 avions américains ont mené un raid aérien dimanche matin sur la Libye.

11h33 : Des avions émiratis bientôt en Sardaigne. Les avions émiratis devant participer à l'opération "Aube de l'Odyssée" sont attendus dimanche après-midi sur la base aérienne de Decimomannu en Sardaigne.

11h24 : Aérodrome bombardé. Des bombardiers furtifs américains ont bombardé un aérodrome libyen samedi.

12h23 : Zone d'exclusion aérienne effective. Les frappes de la coalition internationale ont stoppé l'offensive des forces de Kadhafi. "La zone d'exclusion aérienne est effective" selon le chef d'état major interarmes américain.

11h23 : Au moins 90 tués à Benghazi. Les combats de vendredi soir dans Benghazi, le fief de la rébellion, ont causé la mort de plus de 90 personnes, selon un hôpital de la ville.

11h14 : Tout est fait pour éviter les victimes civiles. Le ministre britannique des Finances, Georges Osbone, s'est voulu rassurant dimanche, déclarant que "toutes les précautions étaient prises" pour éviter que des civiles soient blessés dans les bombardements de la coalition internationale.

10h57 : Les opérations françaises continuent. Une source militaire française a indiqué dimanche matin que les opérations militaires françaises au-dessus de la Libye se poursuivaient dans le cadre de la coalition internationale.

10h43 : Tensions dans le gouvernement italien. La participation de l'Italie dans les actions militaires en Libye sème la discorde au sein du gouvernement de Berlusconi. De fortes tensions sont observées notamment depuis qu'Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord, le parti anti-immigrés indispensable à la survie de la coalition gouvernementale, s'est exprimé contre les raids.

10h42 : Départ imminent du Charles-de-Gaulle. Le porte-avions français Charles-de-Gaulle devrait appareiller à 13 heures de Toulon pour mettre le cap sur la Libye. De 36 à 48 heures lui seront nécessaires pour atteindre les côtes du pays.

10h40. Kadhafi envoie un message à l'Occident. Kadhafi s'est adressé à l'Occident dimanche via un message sonore après les premières frappes internationales. "Nous vaincrons" a-t-il dit. "Nous ne laisserons pas exploiter notre pétrole". "Nous achèverons tout traître ou collaborateur de la coalition des croisés" a-t-il aussi déclaré avant de prédire "une longue guerre".

10h19 : Misrata toujours assiégé. Les forces de Kadhafi continuent d'assiéger Misrata malgré les opérations aériennes de la force internationales. "Des tireurs embusqués sont toujours en position sur les toits de trois immeubles dans la rue principale de la ville. Ils sont prêts à faire feu sur tout ce qui bouge (...) Personne n'ose passer dans la rue", a indiqué un habitant joint par téléphone.

10h00 : Des dizaines de véhicules calcinés. Plusieurs dizaines de véhicules militaires calcinés jonchaient dimanche la route stratégique reliant Benghazi et Ajdabiah, dans l'est de la Libye, a constaté un journaliste de Reuters sur place. Au moins cinq cadavres se trouvaient à proximité.

9h56 : Début de retraite ? Les véhicules des rebelles retournent dimanche vers la ville d'Ajdabiah, dans l'est de la Libye.

9h45 : Fin des bombardements. Les bombardements menés par la coalition internationale contre les objectifs militaires du colonel Mouammar Kadhafi ont cessé dimanche matin dans Tripoli et Benghazi.

Regardez cette vidéo amateur montrant le tir de missiles Tomahawk :

9h00:La Chine condamne. "La Chine a observé les derniers développements en Libye et exprime ses regrets à propos des attaques militaires", a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dimanche.

8h30 : "Ce n'est pas une guerre". Invité d'Europe 1 dimanche matin, Sir Peter Westmacott, ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, a déclaré que les actions militaires en Libye, "du côté britannique, ce n'est pas une guerre mais une opération militaire indispensable pour assurer le plein respect des exigences du Conseil de sécurité avec nos partenaires français, américains, italiens, arabes et autres." Sir Peter Westmacott a également rendu hommage à la France. "Le rôle de la France est extrêmement important. C'est le président de la République qui a convoqué tout le monde hier à l'Elysée" a expliqué l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, en évoquant les actions en Libye dimanche matin sur Europe 1. Il a également rappelé le rôle du Royaume-Uni et a salué "un niveau de collaboration assez remarquable" avec la France.

5h29 : Le Japon soutient l'action internationale. "Le gouvernement japonais soutient les mesures prises par les Etats membres de l'ONU en accord avec la résolution 1973 du Conseil de sécurité", a déclaré dimanche le ministre japonais des Affaires étrangères, Takeaki Matsumoto.

00h34 : La Libye en appelle à l'ONU. La Libye a demandé samedi une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU après le lancement par l'Occident d'une opération militaire contre les forces du colonel Mouammar Kadhafi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué à Tripoli.