Libye : un gouvernement d'union a été formé

  • A
  • A
Libye : un gouvernement d'union a été formé
Image d'illustration.@ ABDULLAH DOMA / AFP
Partagez sur :

Il doit désormais être approuvé par le parlement libyen lundi ou mardi. 

Un gouvernement libyen d'union nationale a été formé et sa composition a été soumise au parlement libyen internationalement reconnu, a annoncé dimanche le Conseil présidentiel libyen, soutenu par l'ONU. Le parlement reconnu internationalement qui siège à Tobrouk, dans l'est de la Libye, devrait voter lundi ou mardi pour l'approuver ou non.

18 membres. "Le gouvernement a été formé aujourd'hui et envoyé au parlement", a déclaré au cours d'une conférence de presse le porte-parole du Conseil présidentiel, Fathi al-Mejebri. Les négociations pour la formation d'un gouvernement d'union nationale, souhaitée par la communauté internationale, se tiennent à Skhirat, au Maroc. Selon une lettre du Conseil présidentiel, ce gouvernement compte 18 membres dont cinq ministres d'Etat.

"Le début de la fin du conflit" ? Le Conseil présidentiel est composé de neuf membres de factions rivales libyennes et dirigé par Fayez al-Sarraj, un homme d'affaires appelé à devenir le Premier ministre selon un accord conclu sous l'égide de l'ONU. Après avoir annoncé la formation du gouvernement, le porte-parole a déclaré : "nous espérons que cela sera le début de la fin du conflit en Libye". 

Le chaos depuis la fin de Kadhafi. La Libye est plongée dans le chaos et livrée à des groupes armés rivaux depuis que Mouammar Kadhafi a été renversé et tué en 2011 à la suite d'une rébellion soutenue par une intervention militaire occidentale menée par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Deux autorités se disputent le pouvoir depuis la prise de Tripoli par des milices en partie islamistes à l'été 2014 : un gouvernement reconnu par la communauté internationale, installé dans l'est, et un gouvernement basé à Tripoli, proche d'une coalition de milices. L'organisation djihadiste Etat islamique (EI) a profité du vide du pouvoir pour prendre le contrôle de la ville de Syrte et de ses environs.