Libye : un bateau, bourré de billets, saisi

  • A
  • A
Libye : un bateau, bourré de billets, saisi
@ REUTERS
Partagez sur :

Le bateau contenant 117 millions d'euros a été intercepté dans les eaux britanniques.

Un bateau contenant des billets de banque libyens d'une valeur équivalant à 117 millions d'euros destinés à la Libye a été intercepté mercredi dans les eaux britanniques. Le navire a ensuite été escorté jusqu'à un port anglais, a annoncé vendredi le ministère de l'Intérieur britannique. Selon les médias, le bateau a été repéré par les autorités britanniques et escorté dans les eaux britanniques après avoir échoué à pénétrer dans le port de Tripoli pendant le week-end.

Il essaie d’entrer dans le port de Tripoli

"Le bateau a été escorté dans le port de Harwich", dans le sud-est de l'Angleterre, par le navire HMS Vigilant, a indiqué un porte-parole du ministère. "Des conteneurs ont été déchargés du bateau et ont été saisis", a-t-il ajouté. "Il contenait une quantité importante de devises libyennes, qui sont soumises aux sanctions des Nations Unies", selon le ministère.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité une résolution imposant des sanctions au colonel Mouammar Kadhafi, à sa famille et à des proches du régime, dont un embargo sur la vente d'armes et de matériels connexes à la Libye et une interdiction de voyager sur le sol des Etats membres concernant seize personnes, dont le colonel et sa famille.

Des milliers de coupures en monnaie locale

Dimanche, la Grande-Bretagne a gelé les avoirs libyens dans le pays, qui pourraient se monter à 20 milliards de livres en liquide, soit 23 milliards d'euros, selon le quotidien Daily Telegraph. Lundi, le Premier ministre David Cameron avait annoncé que le ministère des Finances avait réussi à bloquer le départ de l'équivalent de 900 millions de livres en dinars - environ 1 milliard d'euros - destinés à Libye.

Des proches du leader libyen avaient voulu récupérer des milliers de coupures en monnaie locale entreposées dans le nord-est de l'Angleterre où elles avaient été fabriquées en toute légalité par un imprimeur britannique.