Libye : Revivez la journée de mercredi

  • A
  • A
Libye : Revivez la journée de mercredi
Un raid aérien a eu lieu mercredi dans la banlieue de Ras Lanouf.@ REUTERS
Partagez sur :

Revivez avec Europe1.fr le 23e jour d'affrontements en Libye.

Les forces de Mouammar Kadhafi ont continué mercredi de faire pression sur les rebelles, bombardant par air et terre des positions dans l'Est de la Libye et combattant les insurgés à l'Ouest, à Zawiyah. De son côté, la communauté internationale envisage l'éventualité d'opérations militaires. Nicolas Sarkozy doit recevoir jeudi des émissaires de l'opposition libyenne, alors que des envoyés de Kadhafi sont dépêchés dans plusieurs pays d'Europe.

20h05 : "Paris devrait réfléchir", a déclaré Saïf al-Islam, dans une interview exclusive à Paris-Match, publiée mercredi sur le site de l'hebdomadaire. Il a jugé que "la France et l’Italie (...) ne comprennent absolument pas ce qui est en train de se passer en Libye". "Vous êtes en train d’oublier le pétrole, le gaz naturel, le terrorisme", a-t-il déclaré, agitant la menace de l'immigration.

19h40 : Des raids aériens de l'armée libyenne sur la cité pétrolière de Ras Lanouf, tenue par les rebelles à l'est de Tripoli, ont touché mercredi plusieurs installations pétrolières, a affirmé le porte-parole du Conseil national mis en place par les représentants de l'insurrection.

Reportage de France 24 sur les combats à Ras Lanouf :

19h : Les émissaires de l'opposition libyenne reçus à l'Elysée. Nicolas Sarkozy recevra jeudi à 10 heures deux émissaires du Conseil national libyen de transition (CNLT), qui regroupe l'opposition au régime de Mouammar Kadhafi, a annoncé mercredi la présidence de la République.

18h33 : Les rebelles se procurent des armes. Les rebelles anti-Kadhafi qui contrôlent l'est de la Libye ont déclaré pouvoir se procurer sans grande difficulté des armes. Ils ont aussi précisé avoir reçu des offres d'assistance "du Qatar et de nombreux autres pays". "Notre comité militaire passe en revue nos besoins. Ce serait formidable de voir instaurée une zone d'exclusion aérienne. Mais nos hommes affrontent aussi des chars et nous allons voir si nous devons acheter des armes", a ainsi déclaré Benghazi Moustafa Gheriani, porte-parole du Conseil national libyen (CNL) qui représente l'insurrection.

17h51 : La tête du chef de la rébellion mise à prix.La télévision d'Etat a annoncé que le régime libyen promettait désormais une récompense d'un demi-million de dollars à toute personne qui arrêterait et remettrait aux autorités le président du Conseil national mis en place par les rebelles, Moustapha Abdeljalil.

17h35 : Un émissaire de Kadhafi envoyé au Portugal. Le responsable était en route pour le Portugal, pour y rencontrer le chef de la diplomatie portugaise Luis Amado, a indiqué mercredi à l'AFP un diplomate européen. Cette rencontre intervient à la veille d'une réunion des ministres des Affaires étrangères européens consacrée à la Libye.

17h22 : La propriété londonienne de Seïf al-Islam squattée. La riche demeure londonienne du deuxième fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été envahie par des squatteurs d'un groupe baptisé "Topple the tyrants", disant agir par solidarité avec la rébellion. La police a été appelée à intervenir dans le quartier cossu de Hampstead, dans le nord de Londres. Aucune arrestation n'a eu lieu.

16h50 : Les deux camps se rejettent la balle. Le gouvernement et les insurgés libyens se sont accusés mutuellement mercredi d'avoir fait sauter des installations pétrolières dans l'est du pays. Selon le camp rebelle, les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi ont frappé un oléoduc menant au terminal d'Es Sider, sur le golfe de Syrte et ont largué des bombes sur des réservoirs pétroliers dans le secteur de Ras Lanouf. De son côté, la télévision nationale a imputé l'explosion d'une citerne de stockage à des éléments armés "soutenus par Al Qaïda" lors de la progression de forces pro-Kadhafi vers Ras Lanouf.

16h40 : François Fillon parle l'aide humanitaire. Le Premier ministre a souligné la nécessité de "créer des zones humanitaires qui permettent d'accueillir les populations déplacées pour éviter qu'elles deviennent des populations immigrées alors qu'elle ont vocation à rester dans leurs territoires". Ces questions seront débattues "lors de la réunion exceptionnelle du Conseil européen qui se tiendra vendredi", a-t-il noté.

16h09 : La Libye dépêche des émissaires en Europe. Des émissaires du gouvernement libyen ont été reçus mercredi à Malte avant se rendre au Portugal, a annoncé un responsable maltais. Un autre avion libyen se rend actuellement à Bruxelles via la France. La crise en Libye sera au coeur des discussions du Conseil européen prévu vendredi à Bruxelles.

15h40 : Des rebelles se replient vers Ras Lanouf. Après avoir essuyé des tirs d'artillerie et des frappes aériennes, de très nombreux combattants rebelles libyens, amassés dans des dizaines de véhicules, se replient vers Ras Lanouf.

15h22 : Raid aérien près de la raffinerie de Ras Lanouf. Un raid aérien s'est produit mercredi après-midi près de la raffinerie de Ras Lanouf, où une énorme explosion a été entendue dans l'après-midi.

15h15 : Le flot de réfugiés ralentit. Plusieurs responsables craignent que les réfugiés voulant fuir la Libye soient retenus à la frontière. "Environ 3.000 personnes ont franchi la frontière mardi, c'est un chiffre relativement bas", alors que la Tunisie recevait plus de 10.000 réfugiés par jour en provenance de Libye la semaine passée, a notamment affirmé le responsable régional du Croissant Rouge, Monji Slim.

15h00 : Énorme explosion près de la raffinerie de Ras Lanouf. Une énorme explosion a été entendue mercredi après-midi près d'une raffinerie située aux abords de la ville libyenne de Ras Lanouf, tenue par les insurgés, où l'on voyait des flammes hautes de plusieurs centaines de mètres.

14h45 : L'Italie prête à soutenir une initiative internationale. L'Italie, dont les bases militaires joueraient un rôle clé dans l'éventualité d'une action militaire contre les forces de Mouammar Kadhafi, est prête à appuyer toute décision prise par l'Onu, l'Union européenne et l'Otan en vue de mettre fin aux combats en Libye.

14h40 : Berlin prudent sur une zone d'exclusion aérienne. "La zone d'exclusion aérienne est, selon nous, une option dont il faut discuter, mais qu'il faut également étudier de façon prudente et responsable", a déclaré Andreas Peschke, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

14h36 : L'Otan "ne cherche pas" à intervenir militairement en Libye. Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan, a déclaré mercredi que l'Alliance atlantique ne cherchait pas à intervenir militairement en Libye, se contentant de se tenir prête à toute éventualité.

14h23 : L'armée libyenne bombarde les rebelles près d'Es Sider. Les bombardements continuent sur les positions rebelles près du terminal pétrolier d'Es Sider, à l'ouest de Ras Lanouf. Les insurgés on dû se retirer d'Es Sider, situé dans le golfe de Syrte, qu'ils contrôlaient, après ce bombardement, mais avec l'intention de revenir plus tard.

14h05 : Le prince héritier en exil pour une zone d'exclusion en Libye. L'héritier de la couronne libyenne, le prince Mohammed El Senoussi, qui vit en exil, s'est prononcé mercredi pour l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye et pour des attaques ciblées contre les défenses aériennes des forces kadhafistes.

14h00 : La France rapatrie des réfugiés maliens de Libye. La France a évacué, dans la nuit de mardi à mercredi, d'Egypte vers Bamako 166 Maliens qui avaient fui les violences en Libye. Le Premier ministre, François Fillon, avait indiqué mardi que la France était disposée à aider au rapatriement de ressortissants africains, qui travaillaient en Libye jusqu'à l'insurrection contre Mouammar Kadhafi.

13h46 : Les insurgés libyens pressent l'Ouest de neutraliser l'aviation. Ils ont lancé mercredi un appel à la communauté internationale pour qu'elle impose une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye afin de prévenir un bain de sang.

13h40 : Le PS réclame des initiatives fortes de la communauté internationale, pour venir en aide au peuple libyen et aux réfugiés. "Il est temps d'agir", a souligné le PS, en demandant de nouveau la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye

13h30 : Un haut responsable libyen arrive en jet en Egypte. Le général de division Abdel Rahman ben Ali al Sayyid al Zaoui, chef de l'Autorité libyenne pour l'approvisionnement et la logistique, est arrivé mercredi à l'aéroport du Caire. Il est porteur d'un message dont la teneur est pour le moment inconnue. L'identité des passagers de cet avion civil de Kadhafi qui avait survilé la Grèce, avait suscité des interrogations dans la matinée.

13h05 : Tirs d'obus sur les rebelles à 5 km de Ras Lanouf. Des obus d'artillerie de l'armée libyenne sont tombés mercredi à proximité d'une position rebelle à environ 5 km à l'ouest du port pétrolier de Ras Lanouf, dans l'Est du pays, selon un journaliste.

13h00 : La position arabe sur la "no-fly zone" doit être décidée par la Ligue arabe. Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent tenir une réunion de crise samedi au Caire pour discuter de l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne en Libye visant à protéger les civils.

12h00 : Un avion civil de Kadhafi a survolé la Grèce. L'avion a survolé mercredi en fin de matinée l'espace aérien grec, en route vers l'Egypte. Ses passagers ne sont pas connus.

11h50 : L'ouest de Ras Lanouf pilonné. Un violent pilonnage a été entendu à l'ouest de la ville où les rebelles continuent de combattre les forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi.

11h15 : Ashton refuse de soutenir la reconnaissance de l'opposition libyenne. "C'est au Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement de prendre cette décision", a répondu la chef de la diplomatie européenne, à l'issue d'un débat au Parlement européen à Strasbourg au cours duquel les députés ont demandé à l'UE de légitimer le Conseil national de transition (CNT) constitué par l'opposition au colonel Mouammar Kadhafi.

10h50 : "Le peuple prendra les armes" en cas de zone d'exclusion aérienne. C'est la menace brandie par le colonel Kadhafi dans un entretien diffusé mercredi par la télévision turque TRT.

10h02 : Les rebelles libyens encerclés au centre de Zawiyah. Les blindés des forces loyales à Mouammar Kadhafi se rapprochaient mercredi matin de la place centrale de cette ville de l'Ouest de la Libye, toujours tenue par les insurgés, selon un combattant rebelle. Regardez les affrontements au centre de la ville :

10h00 : Le Parlement européen veulent légitimer l'opposition libyenne. Les députés européens ont demandé mercredi à l'Union européenne de reconnaître le Conseil national de transition (CNT) constitué par l'opposition au colonel Mouammar Kadhafi et de soutenir l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne.

09h49 : Gates prudent sur une éventuelle action militaire. Après les appels de la Grande-Bretagne, de la France et de certains parlementaires américains en faveur de la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates est apparu sceptique sur une éventuelle intervention, mettant en garde contre toute "discussion en l'air" sur une action militaire mal conçue.

09h45 : Kadhafi menace de chaos jusqu'en Israël si Al Qäida prend la Libye. Le dirigeant libyen a affirmé que si le réseau extrémiste Al-Qaïda s'emparait de son pays, la région tout entière jusqu'en Israël serait en proie au chaos, dans un entretien à la chaîne publique turque TRT, diffusé mercredi.

08h55 : Kadhafi accuse l'Occident de vouloir contrôler le pétrole libyen. Le dirigeant libyen a accusé l'Occident de "comploter" contre son pays pour en contrôler les champs de pétrole, et s'en est pris aux rebelles "traîtres", dans une intervention diffusée dans la nuit de mardi à mercredi par la télévision officielle.

08h00 : Les Américains ont rencontré l'opposition libyenne. L'ambassadeur américain en Libye, Gene Cretz, et d'autres responsables ont rencontré au Caire des membres du Conseil national de transition, dirigé par l'ancien ministre libyen de la Justice, Mustafa Abdel Jalil. Rapportant la rencontre, le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, a dit "ne pas exclure" des contacts entre les Etats-Unis et d'autres opposants libyens, qui se trouveraient eux en Tunisie.

07h35 : Kadhafi tacle une nouvelle fois la France. Le dirigeant libyen a accusé les Occidentaux, et notamment la France, de vouloir "coloniser la Libye à nouveau et de mener "un complot colonialiste" contre son pays en apportant leur soutien aux insurgés, lors d'un entretien à la la chaîne LCI.

Retrouvez le déroulement des événements de mardi en cliquant ici.