Libye : Nouvelle avancée des pro-Kadhafi

  • A
  • A
Libye : Nouvelle avancée des pro-Kadhafi
@ REUTERS
Partagez sur :

Les combats ont lieu dans la région d'Adjabiya, à proximité de Benghazi, tenu par les insurgés.

Adjabiya se prépare à subir l'assaut des forces de Mouammar Kadhafi. L'offensive promise a bien commencé. Les fidèles du leader libyen avancent vers Benghazi, le bastion des rebelles, alors que les Occidentaux cherchent encore une issue à la crise.

Benghazi menacée

Dans la matinée, des bombardements ont visé la sortie ouest d'Ajdabiya, carrefour routier vital entre plusieurs villes de l'Est que les rebelles ont promis de défendre. Les témoins sur place parlent d'au moins quatre cratères de cinq mètres de diamètre. Selon un officier de l'aviation libyenne ayant rejoint l'insurrection, Jamal Mansour, il s'agit de raids aériens menés par des bombardiers Sukhoï 24, de fabrication russe.

Le balais des camionnettes croulant sous les meubles et les valises ne cesse pas. Les civils fuient massivement Ajdabiya et partent vers l'est du pays. La ville de Benghazi, située à 160 km, pourrait être rapidement menacée. Pourtant, certains habitants refusent de croire à une défaite, comme ce médecin de 50 ans : "je suis sûr que Kadhafi n'arrivera à rentrer ni à Ajdabiya ni à Benghazi. Nous n'allons pas abandonner, nous allons continuer. Nous arriverons bien à achever Kadhafi", explique-t-il sur Europe 1.

Tous les regards tournés vers l'étranger

Les forces régulières libyennes ont repris lundi Zouara, une des dernières villes de l'ouest du pays que tenaient les insurgés, à quelques dizaines de kilomètres seulement de la frontière tunisienne, a rapporté un habitant de la ville. "Zouara est entre leurs mains désormais", a dit Tarek Abdallah, joint par téléphone. "Ils la contrôlent et il n'y a plus de signes de présence des rebelles. Les combats ont fait un mort à cet endroit.

Pressés par les rebelles de leur venir en aide et surtout d'empêcher le colonel Kadhafi d'utiliser son aviation, les Occidentaux et les Russes se rencontrent lundi à Paris lors d'une réunion des chefs de la diplomatie du G8. Ils doivent notamment discuter de l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne. Mais cette solution, soutenue par la Ligue arabe, ne semble pas convaincre la Chine ni la Russie, toutes deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU.