Libye : la France accusée de "violation" du territoire

  • A
  • A
Libye : la France accusée de "violation" du territoire
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

C'est le terme employé par le gouvernement libyen d'union nationale. Des manifestations contre la présence militaire française ont eu lieu dans le pays.

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a accusé marcredi soir la France de "violation" de son territoire, après l'annonce par Paris dans la matinée de la mort de trois de ses militaires dans ce pays. La présence française est "une violation du territoire libyen", a déclaré le GNA (le gouvernement libyen soutenu par l'ONU) dans un message sur son compte Facebook, estimant que rien ne "justifie une intervention" sans qu'il en soit informé.

Des rassemblements dans plusieurs villes. Mercredi, des centaines de personnes ont également manifesté dans plusieurs villes de Libye pour protester contre la présence militaire française, après l'annonce par Paris de la mort de trois de ses militaires dans ce pays. Des rassemblements ont notamment été organisés dans la capitale Tripoli mais aussi à Misrata (à 200 km à l'est de Tripoli), selon un photographe de l'AFP et une télévision libyenne.

Le président français a confirmé pour la première fois la présence de soldats français en Libye, un pays qui, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est livré aux milices armées et miné par des luttes de pouvoir et des violences qui ont favorisé la montée en puissance des jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

"Non à la colonisation française". A Tripoli, des centaines de personnes se sont réunies sur la place des Martyrs, brandissant des pancartes critiques à l'égard de la France. "Non à la colonisation française", pouvait-on lire sur l'une d'entre elles, selon un photographe de l'AFP présent sur place. Certains ont également brûlé des drapeaux de la France et d'autres ont scandé des slogans hostiles à Paris et au gouvernement d'union nationale installé dans la capitale et soutenu par l'ONU et les grandes puissances occidentales, dont la France. Plus à l'est, à Misrata, c'est aussi la présence militaire française qui était au coeur des slogans des centaines de personnes présentes, selon des images retransmises par une chaîne de télévision libyenne satellitaire.

Ces manifestations intervenaient quelques heures après l'annonce par la France de la mort de trois de ses militaires dans un "accident d'hélicoptère" lors d'une mission de renseignement. Les Européens s'inquiètent de la menace jihadiste au sud de la Méditerranée, même si l'EI est sous la pression des forces du gouvernement d'union nationale dans son fief de Syrte.