Libye : l'aéroport de Tripoli encerclé

  • A
  • A
Libye : l'aéroport de Tripoli encerclé
Une milice a pris d'assaut l'aéroport de Tripoli. Les vols ont été détournés vers un aéroport militaire.@ REUTERS
Partagez sur :

Une milice a pris d'assaut le bâtiment, les vols ont été détournés vers un aéroport militaire.

Signe que tout n'est pas encore réglé en Libye et que la situation reste explosive : une brigade armée a pris d'assaut lundi l'aéroport de Tripoli, la capitale libyenne, avec des chars et des véhicules armés. La milice, appelée brigade al-Aoufea, bloque totalement le trafic aérien et exige la libération d'un de ses chefs, qui, selon elle, a disparu ces dernières heures.

"C'est la confusion totale"

"La situation est très tendue à l'aéroport et des chars encerclent les bâtiments. Nul n'est autorisé à pénétrer à l'intérieur", a indiqué un responsable de la sécurité de l'aéroport. "C'est la confusion totale. Tout le monde est en train de fuir. Plusieurs véhicules armés et des chars ont été positionnés sur le tarmac et ont bloqué le trafic", a assuré une autre source aéroportuaire.

Un autre témoin précise que "des voitures avec des canons anti-aériens et des hommes armés entourent les avions et les empêchent de bouger. Certains ont fait descendre des voyageurs qui avaient déjà embarqué dans des avions". Selon un responsable des douanes à l'aéroport, les vols au départ ont été annulés et ceux à l'arrivée étaient déroutés vers l'aéroport militaire, Mitiga, de Tripoli.

Faire pression pour élucider le rapt de leur chef

L'agence officielle Lana explique qu'avec cet acte, les assaillants veulent faire pression sur le gouvernement libyen pour élucider l'affaire du rapt de leur chef Abouajila Al-Habchi. Le colonel Abou Oegueila al Hebeichi a été enlevé par des rebelles armés alors qu'il se rendait de Tarhouna à Tripoli dimanche en fin de soirée, a dit un porte-parole du Conseil national de transition.

Le porte-parole du CNT, Mohamed al-Harizi avait déclaré plus tôt qu'une enquête avait été ouverte pour déterminer les circonstances de la disparition du commandant de la brigade d'al-Aoufea. La Haute commission de sécurité de Tripoli, qui dépend de ministère de l'Intérieur, a annoncé de son côté qu'elle n'avait "aucun lien avec la disparition et l'enlèvement du colonel Abouajila Al-Habchi" et qu'elle enquêtait toujours pour identifier les responsables de cet incident et les traduire devant la justice.