Libye : 172.000 exilés en une semaine

  • A
  • A
Libye : 172.000 exilés en une semaine
@ Reuters
Partagez sur :

Retrouvez les évènements de la 18e journée de mobilisation en Libye.

Pro et anti-Kadhafi ont continué de combattre sans merci. Les forces loyales au chef d'Etat libyen n'ont pas hésité à bombarder les villes aux mains des insurgés vendredi. La communauté internationale semble se diriger de plus en plus vers la solution d'une zone d'exclusion aérienne. Les pays européens poursuivent leurs tentatives d'endiguer la crise humanitaire à la frontière Tunisie-Libye. Mouammar Kadhafi et ses proches sont visés par une enquête de la Cour pénale internationale pour "crimes contre l'humanité". L'ONU parle de plus de 172.000 personnes exilées.

Retrouvez les évènements de la 18e journée de mobilisation en Libye :

21h15 : Ras Lanouf sous contrôle du régime ? Le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaaim, a déclaré vendredi soir que Ras Lanouf, dans l'Est de la Libye, était sous contrôle du régime, démentant ainsi les insurgés qui ont affirmé contrôler cette ville pétrolière stratégique.

19h14 : Plus de 172.000 personnes exilés. C'est le nombre de personnes ayant franchi les frontières de la Libye vers la Tunisie et l'Egypte au cours de la semaine écoulée, a indiqué vendredi une responsable de l'ONU. "Notre inquiétude maintenant vient du fait que le nombre de personnes quittant la Libye a beaucoup baissé hier. Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a indiqué que la frontière côté libyen était désormais gardée par des forces pro-gouvernementales lourdement armées. Nous espérons que les mouvements de population pourront continuer", a souligné Valerie Amos, sous-secrétaire générale pour les Affaires.

19h00 : Zawiyah reprise par les pro-Kadhafi. La ville de Zawiyah, à 60 km à l'ouest de Tripoli, est "assiégée par les forces loyales au colonel Kadhafi", a rapporté vendredi une journaliste de la télévision privée britannique Sky News présente dans la ville. Cette information avait été annoncée par la télévision libyenne.

18h59 : Brega aux mains de l'opposition. Les insurgés ont pris le contrôle de la ville de Brega dans l'est de la Libye, selon un responsable gouvernemental à Tripoli.

18h30 : La Suisse enfonce le clou. Après avoir décidé le gel des avoirs du régime libyen en février, la Confédération helvétique, a annoncé vendredi qu'elle allait étendre les sanctions aux transactions financières. "La Suisse veut empêcher tout soutien financier à Mouammar Kadhafi et à ses proches", a précisé le gouvernement suisse dans un communiqué.

17h47 : De nombreux morts à Ras Lanouf. Selon un médecin de l'hôpital de Brega, les affrontements entre les insurgés et les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont fait "de nombreux morts et blessés". "Il y a de nombreux morts et blessés que nous ne pouvons pas atteindre en raison des tirs", a-t-il précisé.

16h45 : Interpol alerte sur Kadhafi. Interpol a alerté vendredi les polices de ses 188 Etats membres concernant le colonel Mouammar Kadhafi et 15 de ses proches, afin de faciliter la mise en oeuvre des sanctions de l'ONU et l'enquête ouverte par la Cour pénale internationale.

16h25 : Bruxelles appelle à laisser entrer l'aide humanitaire. La commissaire européenne en charge de l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva s'est déclarée vendredi "de plus en plus inquiète" de la situation des réfugiés à la frontière entre la Libye et la Tunisie et a demandé aux autorités libyennes de laisser entrer les travailleurs humanitaires. De retour d'une visite à la frontière entre la Tunisie et la Libye, Kristalina Georgieva s'est dite "de plus en plus inquiète de la situation humanitaire sur le côté libyen de la frontière. Les informations au sujet de l'évolution de la situation sont peu nombreuses, les chiffres de ceux qui essaient de franchir la frontière sont inconnus et les besoins pourraient être importants".

16h14 : les insurgés libyens disent contrôler l'aéroport de Ras Lanouf. Les insurgés libyens ont pris vendredi le contrôle de l'aéroport de Ras Lanouf, port pétrolier stratégique à quelque 600 km à l'est de Tripoli, ont dit deux sources rebelles à Reuters. De violents combats ont eu lieu dans la périphérie de la ville, a rapporté un correspondant de Reuters sur place, Mohammed Abbas, avec d'intenses tirs de roquettes et d'obus de mortier autour d'une base de l'armée libyenne.

15h48 : au moins 13 morts à l'ouest de Tripoli. Au moins treize personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements à Zaouïah, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli, rapporte la chaîne de télévision Al Arabiya qui cite une source médicale. Un autre témoin cité par la chaîne a parlé, lui, de plus de 50 tués et de 300 blessés. Abdallah al Mahdi, porte-parole du conseil militaire de l'insurrection libyenne anti-Kadhafi, avait auparavant déclaré à la chaîne de télévision Al-Jazira que des combats avaient lieu à Zaouïah.

15h26 : un mort dans une offensive à l'arme lourde à Misrata. Des forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi ont mené jeudi soir une offensive à l'arme lourde à Misrata, à l'est de Tripoli, dans une tentative de récupérer le contrôle de la ville, faisant un mort, a rapporté un témoin joint par téléphone. "J'ai vu deux hélicoptères mais je ne suis pas sûr que les tirs en provenaient. En tout cas, nous avons entendu des tirs à l'arme lourde toute la nuit", a déclaré ce témoin sous couvert de l'anonymat. Il a assuré toutefois que la ville, située à 150 km à l'est de la capitale, était toujours sous le contrôle des insurgés.

15h17: des explosions entendues à Ras Lanouf. Des affrontements ont éclaté vendredi entre les forces de Mouammar Kadhafi et des insurgés libyens à la périphérie du port pétrolier stratégique de Ras Lanouf, à quelque 600 km à l'est de Tripoli, ont déclaré des rebelles à Reuters. "Des accrochages ont commencé. Nous sommes à l'extérieur de Ras Lanouf, à environ 10 km. Il y a en ce moment des tirs à l'arme lourde. L'infanterie arrivera plus tard", a dit Bachir Puarchafani, volontaire intégré à une force insurrectionnelle en marche pour chasser Kadhafi du pouvoir. "Oui, il y a des accrochages. Nos roquettes et missiles prennent pour cible une base militaire qui protège le terminal pétrolier de Ras Lanouf. Ça se passe hors de Ras Lanouf", a dit Adel Yahya, autre insurgé armé. Un journaliste de Reuters arrivé à 20 km de la ville a entendu des tirs d'artillerie et des explosions.

14h40 : l'aide médicale française est "opérationnelle" à Benghazi, a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Trois médecins, trois infirmières, huit membres de la Sécurité civile et huit logisticiens, transportant 5 tonnes d'aide médicale, étaient arrivés mardi en Egypte à bord de deux avions affrétés par la France.

14h10 : des heurts lors de la manifestation à Tripoli. Les forces de sécurité libyennes ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser plusieurs centaines de manifestants anti-Kadhafi dans le quartier de Tadjoura à Tripoli, où des coups de feu ont été entendus, rapporte un journaliste de Reuters sur place.

13h54 : un bateau rempli de billets est intercepté. Contenant des billets de banque libyens d'une valeur de 117 millions d'euros, destinés à la Libye, il a été intercepté mercredi par un navire britannique et escorté jusqu'à un port anglais. Aucune information n’était disponible dans l’immédiat sur la provenance de cette très importante somme d’argent.

13h25 : début d'une manifestation anti-Kadhafi à Tripoli. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le quartier Tadjoura. "Kadhafi est l'ennemi de Dieu", ont scandé des opposants à la sortie d'une mosquée. De nombreuses rues conduisant à Tadjoura ont été bloquées par l'armée et des véhicules blindés de transport de troupes sont stationnés autour du quartier.

13h15 : des "négociations intensives" pour la libération des trois soldats néerlandais sont menées par les Pays-Bas, rapporte le ministère de la Défense.

Le premier convoi humanitaire à pénétrer dans la Libye révoltée est français. François Clauss l'a suivi pour Europe 1 :

12h45 : "la victoire ou la mort", a lancé à ses partisans le président du Conseil national libyen Moustafa Abdeldjeïl à Al Baïda, une ville de Cyrénaïque entre Benghazi et Tobrouk. La foule a répondu à son discours en scandant: "La Libye est libre, Kadhafi doit partir".

12h10 : des combats à Ras Lanouf, dans l'Est libyen. Les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi et les insurgés s'affrontent pour le contrôle de ce terminal pétrolier, dans le golfe de Syrte, rapporte Al Djazira. La chaîne fait également état de combats à Zaouïah, à 50 km à l'ouest de Tripoli.

11h25 : Vienne gèle les avoirs d'un homme de confiance de Mouammar Kadhafi, Mustafa Zarti, qui s'est réfugié à Vienne et avait été entendu jeudi par la police antiterroriste autrichienne.

11h15 : près de 100.000 personnes ont franchi la frontière tuniso-libyenne depuis le 20 février, a annoncé vendredi à l'AFP le responsable régional du Croissant-Rouge tunisien.

11h05 : 12.500 personnes sont encore bloquées à la frontière Libye-Tunisie, et doivent donc encore être évacuées, a indiqué le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

10h55 : la frontière entre Libye et Tunisie est contrôlée par des pro-Kadhafi, lourdement armées, a averti le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

10h46 : Rome réticente à une intervention militaire. "Seuls ceux qui ne connaissent rien au monde arabe peuvent parler légèrement d'une action militaire occidentale au coeur du monde arabe", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini.

10h30 : des journalistes retenus à leur hôtel de Tripoli. Les reporters ont été empêchés de sortir de l'hôtel Rixos où se trouve la plupart des correspondants, par les autorités libyennes. Leur présence en ville pourrait donner lieu à des violences, a justifié un représentant du gouvernement, évoquant la menace d'Al Qaïda.

9h45 : un raid aérien près d'une base militaire à Ajdabiyah a été signalé par les insurgés, rapporte l'AFP. Ce bombardement des forces pro-Kadhafi, qui a visé une base militaire contrôlée par les rebelles, n'a fait selon ces derniers ni victime ni dégât.

Reportage de l'envoyé spécial d'Europe 1 à Brega, au lendemain d'un combat violent entre pro et anti-Kadhafi :

9h05 : nouveaux bombardements à l'Est. Un avion de l'armée libyenne a bombardé les abords d'une base militaire aux mains des insurgés à Ajdabiyah, sans la toucher, ont annoncé des combattants de l'opposition.

8h30 : l'aviation libyenne bombarde un site proche d'un dépôt de munitions, aux mains des insurgés dans l'Est.

7h05 : nouveaux bombardements sur Marsa el Brega. Cette ville pétrolière est de nouveau la cible des forces pro-Kadhafi, rapporte la chaîne de télévision Al Arabia.

Retrouvez le déroulement des événements de jeudi en cliquant ici.