Libérée, la journaliste irano-américaine veut juste "se reposer"

  • A
  • A
Libérée, la journaliste irano-américaine veut juste "se reposer"
Partagez sur :

La journaliste irano-américaine Roxana Saberi, libérée de prison à Téhéran lundi, entend désormais "se reposer", avant de regagner les Etats-Unis, avec sa famille.

Quelques jours de repos avant de prendre la direction des Etats-Unis : c'est le programme de Roxana Saberi, la journaliste irano-américaine, libérée de prison à Téhéran lundi.

"Je n'ai pas de projet, je veux être avec ma famille et me reposer" a expliqué la journaliste. Son père a aussitôt complété : "Nous ne savons pas combien de temps il nous faudra pour repartir" vers les Etats-Unis.

Condamnée à huit ans de prison pour espionnage en Iran, Roxana Saberi, âgée de 32 ans, a quitté lundi sa cellule, après avoir vu sa peine réduite en appel à deux ans avec sursis. Elle avait été arrêtée fin janvier à Téhéran où elle résidait depuis 2003. Détenue dans la prison d'Evine, dans le nord de la capitale iranienne, elle avait entamé une grève de la faim le 21 avril, ne s'alimentant plus qu'avec de l'eau sucrée.

Née et élevée aux Etats-Unis, Roxana Saberi est iranienne par son père, devenu citoyen américain, et japonaise par sa mère. Mais la République islamique ne reconnaît pas le principe de la double nationalité et la considère uniquement comme iranienne. Elle collaborait à plusieurs médias étrangers depuis Téhéran jusqu'au retrait de sa carte de presse par les autorités en 2006.