L'Etat Islamique affirme avoir tué deux Chinois enlevés en mai au Pakistan

  • A
  • A
L'Etat Islamique affirme avoir tué deux Chinois enlevés en mai au Pakistan
Des soldats Pakistanais stationnent à Quetta, là où les deux chinois avaient été enlevés, le 24 mai 2017. @ BANARAS KHAN / AFP
Partagez sur :

Ni les autorités chinoises, ni les autorités pakistanaises, n'ont pour l'heure confirmé les décès.

Le groupe djihadiste Etat islamique a affirmé jeudi avoir tué deux Chinois enlevés par des hommes armés le 24 mai au Baloutchistan, province instable du sud-ouest du Pakistan, où ils travaillaient.

Les décès n'ont pas encore été confirmés officiellement. L'EI a revendiqué, dans un communiqué via l'agence Amaq, l'assassinat des deux Chinois "détenus dans le canton de Mastuq", dans cette province. Ni les autorités chinoises, ni les autorités pakistanaises, n'ont pour l'heure confirmé les décès. Le ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué qu'il cherchait "à vérifier des informations pertinentes par des canaux divers, y compris avec les autorités pakistanaises".

"Profonde préoccupation". "Nous avons pris note de différents rapports et nous exprimons notre profonde préoccupation. Nous avons essayé de libérer les deux otages au cours des derniers jours", a déclaré une porte-parole du ministère, Hua Chunying, citée par l'agence de presse chinoise Xinhua. Quelques heures auparavant, l'armée pakistanaise avait annoncé avoir mené une opération contre le groupe djihadiste plus tôt en juin, dans laquelle jusqu'à 15 membres du groupe Lashkar-e-Jhangvi Al-Almi (LeJA), qui discutait avec l'EI de l'établissement d'une base au Baloutchistan, avaient été tués.

Les deux victimes étudiaient l'ourdou. Les deux travailleurs chinois avaient été enlevés à Quetta, capitale du Baloutchistan. Le numéro deux de l'ambassade de Chine au Pakistan, Lijian Zhao, avait indiqué que les deux victimes étudiaient l'ourdou, langue nationale pakistanaise, dans un centre linguistique.