L'état d'urgence proclamé pour dix jours au Mali après des menaces djihadistes

  • A
  • A
L'état d'urgence proclamé pour dix jours au Mali après des menaces djihadistes
Des soldats maliens en patrouille dans le village de Bintagoungou, dans le centre du pays.@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

La semaine dernière, des chefs djihadistes se sont réunis dans la région de Kidal, dans le nord-ouest du pays. 

Le gouvernement malien a proclamé lundi l'état d'urgence pour une durée de dix jours, à compter de minuit, à la suite de ce que des sources proches de la sécurité présentent comme une série de menaces émanant de groupes djihadistes.

Se donner "les moyens de droit". "L'institution de l'état d'urgence vise à donner aux autorités compétentes les moyens de droit leur permettant de mieux circonscrire et combattre tout projet d'atteinte à la sécurité des personnes et de leurs biens et toute tentative de troubles à la quiétude des populations", a déclaré le gouvernement dans un communiqué, sans donner davantage de précisions.

Déjà décrété après l'attaque du Radisson Blu. Des djihadistes avaient attaqué un hôtel de luxe, le Radisson Blu, à Bamako le 20 novembre, tuant 20 personnes dont bon nombre d'étrangers. Le gouvernement avait alors proclamé l'état d'urgence pour une durée de dix jours, échue depuis lors.

Rencontre de chefs djihadistes. Selon deux sources proches des services de sécurité, des menaces lancées par des groupes djihadistes ont précipité lundi l'annonce du rétablissement de l'état d'urgence. L'une de ces sources a indiqué que cela faisait suite à une rencontre de chefs islamistes dans la région de Kidal, la semaine dernière. De nombreux combattants opèrent dans le vaste désert du nord du Mali, dont certains sont liés à Al Qaïda, ou bien à des organisations laïques de la communauté touarègue, en lutte pour l'indépendance d'une région qu'ils appellent Azawad.