Les Yakuzas lancent leur site web

  • A
  • A
Les Yakuzas lancent leur site web
Les Yakuzas tentent de s'offrir une image plus respectable en lançant leur site internet.
Partagez sur :

RESPECTABILITÉ - Le principal clan Yakuza lance son site. L’occasion d’offrir un visage respectable et de susciter de nouvelles vocations.

Crise de popularité. Après le magazine, le site internet. Les Yamaguchi ont beau dominer l’underworld de la pègre nippone ils doivent faire face à une crise des vocations. La faute à l’émergence, depuis une vingtaine d’années déjà, d’une législation anti-mafia. Qui fait rentrer dans les mentalités une idée impensable des années durant : on peut faire face aux yakuzas.

Moins respectés, mais aussi trop exigeants. Le code d’honneur complexe de ces groupes a poussé 7.500 de leurs membres à la démission en 2013, selon un reportage du Mouv’. Dernier élément qui achève de discréditer ces mouvements, leur responsabilité dans la crise économique que traverse le Japon qui touche en premier lieu les plus démunis. En effet, par leurs investissements immobiliers douteux, les yakuzas ont contribué à l’éclatement de la bulle immobilière dans les années 1990. Tous ces éléments expliquent que le nombre de yakuzas a baissé de 28%entre 2002 et 2012.

Vitrine respectable. Parmi les yakuzas, les Yamaguchi occupent une place privilégiée. Pour redorer son blason, le plus grand des clans du pays a déjà lancé son Magazine, il s’étend désormais sur le Net. Aussi kitsch qu’angélique, la page d’accueil dénonce les dangers de la drogue sur fond de neiges éternelles du Mont Fuji. Il propose aussi une série de photos des Yamaguchi boys attelés aux travaux de nettoyage après le tremblement de terre de Kobe en 1995 et le tsunami de 2011. Or, on a découvert récemment que les travailleurs engagés pour décontaminer les alentours de la centrale nucléaire de Fukushima étaient salariés en sous-main par les yakuzas, et ce pour des payes dérisoires.

>>> Le site est consultable ici.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

TRAFIC - Les yakuzas à Fukushima

FINANCE - Quand les grandes banques prêtent aux yakuzas