Les voleurs d'Auschwitz auraient agi pour l'argent

  • A
  • A
Les voleurs d'Auschwitz auraient agi pour l'argent
Partagez sur :

L'inscription "Arbeit macht frei", volée vendredi, a été retrouvée lundi. Les voleurs ne sont pas des néonazis.

La police polonaise a retrouvé dimanche le panneau de la grille d'entrée du camp d'extermination d'Auschwitz. L’inscription en fer forgé "Arbeit macht frei" ("Le travail rend libre") a été découverte dans une maison particulière. Elle a été découpée en trois morceaux. "C'est un énorme soulagement. Nous sommes extrêmement reconnaissants à la police qui a fait un travail fantastique", a déclaré Pawel Sawicki, un des porte-paroles du musée d'Auschwitz.

Cinq suspects, âgés de 20 à 39 ans, ont été arrêtés dans la nuit de dimanche à lundi. Tous ont déjà été condamnés pour vol ou agression par le passé. Quatre d'entre eux, inculpés de vol et de dégradation d'une pièce qui appartient au patrimoine mondial figurant sur la liste de l'Unesco, encourent jusqu'à 10 ans de prison. Le cinquième, "l'organisateur du vol", doit encore être interrogé.

Ces repris de justice n'ont aucun lien avec des groupe néonazis. "Aucun des cinq n'est membre d'une organisation néo-nazie. Leurs intentions étaient sans l'ombre d'un doute frauduleuses", a déclaré Andrzej Rokita, chef de la police de Cracovie. "Ils ont certainement agi pour de l'argent." Reste à savoir si ce vol a été commandité ou si les malfaiteurs ont agi de leur propre initiative.

Le panneau historique n'a pas subi d'autre dommage et il sera restitué au musée d'Auschwitz "aussi vite que possible, en tout cas avant le 65e anniversaire de la libération" du camp par l'Armée rouge le 27 janvier 1945.

L’inscription "Arbeit macht frei" avait été construite par l’un des prisonniers en 1940, sur ordre des responsables du camp. Après la libération, ce panneau était devenu l’un des symboles de l’Holocauste. Dès vendredi, une copie du panneau métallique de cinq mètres de long a été placée au-dessus de la porte d'entrée du camp, visité l'an dernier par plus d'un million de personnes.

> Serge Klarsfeld "indigné" par le vol à Auschwitz