Les Turques sourient pour se moquer de leur ministre

  • A
  • A
Les Turques sourient pour se moquer de leur ministre
Des femmes turques s'affichent tout sourire sur les réseaux sociaux@ Captures d'écran Twitter
Partagez sur :

Le vice-Premier ministre a déclaré que les femmes ne devraient pas rire en public. En réponse, les Turques rient à gorge déployée sur les réseaux sociaux.

Les femmes ne devraient pas rire en public, c'est du moins ce qu'estime un ministre turc de haut rang. Bulent Arinç, vice-Premier ministre, a affirmé lundi qu'une "femme doit conserver une droiture morale, elle ne doit pas rire fort en public". Les Turques se le tiennent pour dit, sur les réseaux sociaux, puisqu'elles s'affichent tout sourire en photo pour se moquer de l'homme politique.

"Je ne peux faire que sourire". Sous le hashtag #direnkahkaha, qui signifie peu ou prou "résister en riant", des centaines de femmes se sont montrées riant à gorge déployée. "Je suis une jeune fille turque, de 26 ans, et je ne peux rien faire d'autre que sourire", écrit-elle sur Twitter.

"L'homme doit être moral, la femme aussi, elle doit savoir ce qui est décent et ce qui ne l'est pas", déclaré cet influent membre de l'AKP, le parti au pouvoir. Cette petite phrase a provoqué une avalanche de réactions - pour la plupart indignées. Des internautes ont dénoncé l'intervention "de plus en plus flagrante" du régime turc dans la sphère privée.

>> LIRE AUSSI - Erdogan saisit la justice contre Twitter et Youtube

Les rires puis le pole dance. Mercredi, au cours d'une émission télévisée, le vice-Premier ministre a affirmé que ses remarques avaient été sorties de leur contexte et a proposé quelques réflexions sur "les principes généraux de morale". Continuant sur sa lancée, Bulent Arinç s'est alors attaqué aux femmes qui pratiquent la "pole dance", une danse inspirée des danses de strip-teaseuses et qui se pratique sur une barre verticale. Selon lui, cette pratique est représentative du déclin des normes morales de la Turquie.

Il a affirmé: "Il y a des femmes qui partent en vacances sans leur mari et d'autres qui n'arrivent pas à se retenir de grimper sur une barre verticale. Chacun vit comme il veut. Je ne suis pas en colère contre vous mais j'ai de la pitié pour vous."