Les smartphones rendent Londres aphone

  • A
  • A
Les smartphones rendent Londres aphone
Partagez sur :

L'opérateur britannique O2 a reconnu des problèmes de saturation à Londres lié à l'augmentation de trafic lié notamment à l'iPhone.

Trop de smartphone tue le smartphone ? On savait ces téléphones aux nombreuses fonctions gourmands en énergie, on sait maintenant qu’ils peuvent saturer le réseau mobile. Le premier opérateur de téléphonie mobile britannique, O2, a reconnu des problèmes à Londres en raison de l’explosion du nombre d’utilisateurs de ces nouveaux téléphones intelligents. La consommation de données a été multipliée par 18 depuis le début de l'année. Et il était jusqu’en novembre le distributeur exclusif de l’iPhone d’Apple en Grande-Bretagne.

Depuis l’été dernier, des clients d’O2 souffrent de problèmes sur le réseau londonien, les empêchant de téléphoner ou d’être appelés. Ronan Dunne, le patron d’O2, leur a adressé ses excuses dans les colonnes du Financial Times. Et assuré que des investissements avaient été réalisés, ce qui a conduit selon lui à une amélioration depuis décembre.

Les opérateurs français assurent être à l’abri de ce genre d’ennuis. Bouygues observe bien une "augmentation de la demande de débit du fait des smartphones et des clefs 3G". Mais on "pourrait encore aller jusqu’à tripler " la consommation, assure Emmanuel Forest, directeur général délégué de Bouygues télécom :


SFR déclare investir "de l'ordre de 1,4 milliard d'euros chaque année" dans ses réseaux et ajoute que grâce au rachat du fournisseur d'accès internet Neuf Cegetel, il pourra "basculer toute une partie du débit qui était sur (son) réseau mobile sur (son) réseau fixe".

Même son de cloche chez Orange, qui a été le premier en France à pouvoir commercialiser l'iPhone : "Nous consacrons 3 milliards d'euros par an dans l'investissement réseaux", selon un porte-parole précisant que les Américains n'avaient "pas des réseaux aussi performants que les nôtres".