Les sinistrés de l'Aquila : "Yes, we camp !"

  • A
  • A
Les sinistrés de l'Aquila : "Yes, we camp !"
Partagez sur :

Trois mois après le tremblement de terre qui a dévasté la ville le 6 avril, les victimes veulent interpeller les chefs d’Etats qui assistent au G8.

A l’Aquila, à quelques centaines de mètres du centre de conférences où se déroule le G8, les sinistrés du tremblement de terre qui a dévasté la ville au mois d’avril, ne décolèrent pas. Trois mois après le séisme, certains d’entre eux sont toujours hébergés sous des tentes provisoires.

Mercredi matin, alors que les chefs d’Etats arrivaient dans la ville italienne, ils ont affiché leur cri du cœur : sur une colline, ils ont ainsi déroulé un cinglant "Yes, we camp !" en lettres géantes, pastiche du célèbre slogan campagne de Barack Obama. Objectif : être vu, et faire parler d’eux.

"Ce n’est pas vrai que tout va bien et que les maisons sont habitables [...]. Il manque des services essentiels, comme l’eau et le gaz. Nous sommes obligés de rester sous les tentes" explique un manifestant, interrogé par Marie Guibal, l’envoyée spéciale d’Europe 1 à L’Aquila :