Les riches Chinois veulent s'exiler

  • A
  • A
Les riches Chinois veulent s'exiler
Plus de la moitié des Chinois les plus riches pensent à s'exiler.
Partagez sur :

Plus de la moitié des Chinois les plus riches projettent d'émigrer.

Les riches français qui avaient des envies d'ailleurs, on connaissait. La même chose en Chine, beaucoup moins. D'après une enquête annuelle de Hurun Report et de Bank of China sur les plus grandes fortunes du pays, 46% des Chinois dont les avoirs dépassent 10 millions de yuans (1,14 million d'euros) envisagent ainsi un départ à l'étranger, de préférence aux Etats-Unis ou au Canada.

14% supplémentaires ont même déjà entamé des démarches en ce sens. La majorité des personnes interrogées ont cité la volonté d'offrir une meilleure éducation à leurs enfants ainsi que la sécurité de leurs biens parmi les raisons qui les poussent à vouloir quitter la Chine.

Investissements outremer

L'enquête notamment menée par Hurun Report, une société qui détient des magazines spécialisés dans le luxe et possède un institut de recherche, repose sur un échantillon de 980 personnes dans 18 villes chinoises.

Près d'un tiers des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà effectué des investissements outremer, dans beaucoup de cas pour faciliter le processus d'émigration. Certains pays comme le Canada et l'Australie offrent des facilités pour obtenir un permis de résidence aux étrangers qui investissent des sommes importantes dans le pays.

L'inflation en Chine, qui érode l'épargne, ainsi que les difficultés pour placer des fonds à l'étranger sont aussi fréquemment citées par les candidats à l'émigration.

271 milliardaires

Selon la dernière liste publiée par Hurun pour l'année 2011, la Chine compte 271 milliardaires en dollars, contre 189 un an auparavant, tandis que le nombre de Chinois dont la fortune excède 10 millions de yuans (1,14 million d'euros) a atteint 960.000, en hausse de 9,7% sur un an.

Une grande partie des grosses fortunes chinoises se sont faites grâce au secteur immobilier ainsi que dans le commerce de détail.