Les prix RSF décernés à des journalistes dissidents syrien et chinois

  • A
  • A
Les prix RSF décernés à des journalistes dissidents syrien et chinois
Huang Qi, photographié ici en 2015, avait reçu le prix RSF de "cyber-dissident" en 2004.@ FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

Un journaliste indépendant syrien et des médias numériques chinois ont été distingués lundi pour leur combat pour la liberté de la presse.

Les prix Reporters sans frontières-TV5 Monde 2016 pour la liberté de la presse ont été attribués lundi au Syrien Hadi Abdullah, journaliste indépendant qui couvre les zones de conflit dans son pays, au site d'information chinois 64Tianwang et à deux blogueurs chinois, Lu Yuyu et Li Tingyu. La remise des prix aura lieu mardi soir à Strasbourg, dans le cadre du Forum mondial de la démocratie organisé par le Conseil de l'Europe.

Journaliste de l'année, Hadi Abdullah était élève-infirmier en 2011, lorsqu'a débuté la guerre civile en Syrie. Le jeune homme originaire de Homs a dès lors abandonné ses études pour se consacrer au journalisme et "témoigner des horreurs subies par la population syrienne", indique RSF dans un communiqué. N'hésitant pas à s'aventurer dans les zones dangereuses, il est l'une des sources d'information pour les médias occidentaux et a été grièvement blessé, par une bombe artisanale, en juin dernier.



"Thermomètre de la colère sociale en Chine". Dans la catégorie Médias, RSF distingue 64Tianwang, un site internet fondé en 1998 qui "continue de subir la répression systématique des autorité chinoises", selon l'organisation non gouvernementale. Cinq de ses journalistes, qui couvraient les manifestations organisées lors du sommet du G20, les 4 et 5 septembre à Hangzhou, ont été "enlevés" et sont toujours détenus, précise-t-elle. Son fondateur, Huang Qi, avait obtenu le prix "cyber-dissident" de RSF en 2004.

Lu Yuyu et Li Tingyu, couple récompensé par le prix "journalistes-citoyens", alimentent, de leur côté, un site internet dédié en informations sur la situation sociale, offrant "un thermomètre inédit et hautement sensible de la colère sociale en Chine", indique RSF. Accusés de "troubles à l'ordre public", ils ont été arrêtés en juin dernier et détenus au secret pendant plus de trois semaines, ajoute l'organisation.