Les policiers de Las Vegas rendent hommage à l'un des leurs

  • A
  • A
Partagez sur :

Le policier Charleston Hartfield, 34 ans, est mort dimanche dernier alors qu'il assistait au concert visé par Stephen Paddock. 

Plusieurs centaines de policiers de Las Vegas et leurs proches ont rendu jeudi un hommage émouvant à Charleston Hartfield, seul membre des forces de l'ordre de la ville tué lors de la fusillade dimanche.

Il assistait au concert. Affecté dans le service de la prévention des troubles du sud-est de la ville, le policier a été abattu par Stephen Paddock alors qu'il assistait en spectateur à la dernière soirée du grand festival annuel de musique country programmé à Las Vegas. Ses amis ont pensé qu'il ne répondait pas aux SMS car il était occupé à aider les blessés, avant de réaliser qu'il faisait partie des victimes. Âgé de 34 ans, il était marié et père de deux enfants. Il avait récemment publié son autobiographie, racontant sa vie dans la police de Las Vegas qu'il avait rejointe en 2011.

Un homme qui "nous rendait plus forts". Plusieurs de ses collègues se sont relayés au pupitre lors de cette veillée funéraire, devant le monument aux morts de l'académie de police, dans le quartier de Sun City, au sud-ouest de la ville. "Nous n'avions vraiment pas prévu de dire au revoir à Charly si tôt", a regretté Steve Grammas, un responsable local du syndicat des policiers. En larmes, Jake Grunwald, diplomé de l'académie avec le défunt, a évoqué un homme "qui nous rendait plus forts" pour supporter les entraînements intensifs. Ce vétéran de l'armée était également entraîneur d'une équipe de football américain.

58 morts et plus de 500 blessés. Stephen Paddock, un comptable retraité de 64 ans, a ouvert le feu sur la foule rassemblée pour un concert de country depuis sa chambre au 32ème étage de l'hôtel-casino Mandalay Bay. Utilisant des armes modifiées pour tirer en rafales pendant près de dix minutes, il a fait 58 morts et près de 500 blessés, avant de se suicider. Ses motivations restent un mystère.