Les Pays-Bas sous le choc après la découverte des corps de deux adolescentes

  • A
  • A
Les Pays-Bas sous le choc après la découverte des corps de deux adolescentes
La police estime à ce stade de l'enquête, qu'il ne semble "pas y avoir de lien" entre les deux affaires. @ AFP
Partagez sur :

La police estime à ce stade de l'enquête, qu'il ne semble "pas y avoir de lien" entre les deux affaires. 

Les Pays-Bas sont sous le choc après la découverte ce week-end des corps de deux adolescentes de 14 ans dans des fossés dans le centre du pays, et deux suspects, également mineurs, étaient interrogés lundi, a annoncé la police.

Le corps de la jeune Romy a été découvert vendredi en fin d'après-midi dans l'eau d'un petit canal à Achterveld, près d'Amersfoort, dans le centre des Pays-Bas. Elle n'était jamais rentrée de l'école. À une quinzaine de kilomètres d'Achterveld, le corps d'une autre jeune fille, Savannah, a été retrouvé également dans un petit canal dimanche par un passant dans une zone industrielle à Bunschoten.

Jamais arrivée à destination. L'adolescente avait été aperçue pour la dernière fois jeudi après-midi alors qu'elle était partie rendre visite à une amie, selon la radio-télévision publique néerlandaise NOS. Elle n'était jamais arrivée à destination et avait été portée disparue jeudi soir. La police n'a pas précisé les causes exactes du décès des deux jeunes filles, et a estimé, à ce stade de l'enquête, qu'il ne semblait "pas y voir de lien" entre les deux affaires.

Deux mineurs arrêtés. Deux suspects ont été arrêtés dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué la police. Un adolescent de 14 ans, originaire de la municipalité d'Ede, est soupçonné d'être impliqué dans la mort de Romy, selon la police. Un autre adolescent, âgé de 16 ans et originaire de Bois-le-Duc, a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur la mort de Savannah. Les deux mineurs arrêtés sont "entendus pour voir s'ils peuvent expliquer ce qu'il s'est passé et (...) éventuellement quelle est leur implication dans la mort de ces deux filles", a déclaré sur la NOS Bernhard Jens, porte-parole de la police.

Hommages rendus aux jeunes filles. "Sur la base des constatations faites jusqu'à présent (...), il ne semble pas y avoir de lien entre les deux faits", a souligné la police néerlandaise, qui a mobilisé une cinquantaine d'enquêteurs dans ces affaires. Les villages de Hoevelaken et Bunschoten, dont étaient originaires les jeunes filles, étaient en deuil lundi: les drapeaux étaient en berne, des bougies allumées en leur mémoire, et des fleurs, cartes et ours en peluche ont été déposés dans les rues, selon la NOS.