Les otages étaient-ils à Tombouctou ?

  • A
  • A
Les otages étaient-ils à Tombouctou ?
@ REUTERS
Partagez sur :

REPORTAGE - C’est ce que disent certains habitants de la ville où était installé Abu Zaid.

L'ACTU. Le commandant nigérian de la mission internationale de soutien au Mali (Misma) a déclaré, lundi, que sa force travaillait à la libération des otages français au Sahel. Des propos que des sources françaises ont évidemment invité à prendre avec précaution. Mais sur place, les forces françaises tentent en tout cas de recueillir un maximum d'informations.

>> A Tombouctou, grande ville du nord du pays, les militaires français doivent, chaque jour, vérifier de nouvelles pistes sur l’endroit où pourraient se trouver les otages, a pu constater l'un des envoyés spéciaux d'Europe 1 au Mali.

Les sept otages français étaient-ils à Tombouctou ? Tombouctou était le quartier général de celui qui est à l’origine de ces enlèvements Abu Zaid. Certains habitants l’ont vu, quelque temps avant que les forces françaises et maliennes n’arrivent dans la ville. C’est le cas de Diadé, qui décrit un homme "de petite taille" et qui paraissait "simple et calme", confie cet instituteur à la retraite, au micro d’Europe 1. "Si on se fie à sa manière de s’adresser aux gens, on n’est pas capable d'imaginer ce qu’il fait en réalité", ajoute-il.

Et pour beaucoup d’habitants, Abou Zaid avait emmené avec lui des otages à Tombouctou. Certains affirment qu’ils ont séjourné dans un bâtiment administratif. Un homme a même confié à l’envoyé spécial d’Europe 1 au Mali, avoir vu "trois blancs aux pieds enchaînés". L’un d’eux a accepté de témoigner, anonymement, sur Europe 1. Il est sûr d’avoir vu les sept otages quitter une villa cossue du nord de la ville, il y a deux semaines. "Le véhicule était garé à quelques mètres de la porte [de la villa, NDLR], et on a vu sept personnes blanches entrer dans la voiture", précise-t-il.

Des témoignages difficiles à vérifier. Plusieurs habitants auraient décrit cette même scène. Pourtant, il a toujours été dit que les otages avaient été séparés. Les forces françaises vont donc recueillir tous ces témoignages et fouiller les bâtiments en question dans l’espoir de trouver des traces de leur passage.