Les notes de frais très "personnelles" des élus britanniques

  • A
  • A
Les notes de frais très "personnelles" des élus britanniques
Partagez sur :

Après les premières révélations du Daily Telegraph vendredi, la presse britannique continue samedi à publier d'embarrassantes révélations sur les très généreuses notes de frais des députés et ministres britanniques.

"Ca pue", titre samedi le tabloïd The Sun. Depuis vendredi et les révélations du Daily Telegraph, les très généreuses notes de frais des députés et ministres britanniques font la Une des journaux outre-Manche. Avec des révélations embarrassantes sur une balayette WC, un citron, des couches-culottes et 25.000 euros pour traiter un champignon dans un appartement remboursés par le contribuable britannique.

The Telegraph a choisi samedi de publier une mosaïque de portraits des hommes politiques mis en cause, notamment 13 ministres. Mais c’est bien Gordon Brown qui est au cœur de ce scandale qui éclabousse la classe politique britannique depuis plusieurs mois. Selon le Daily Telegraph, le premier ministre britannique lui-même aurait versé à son frère plus de 6.700 euros entre 2004 et 2006 pour frais de nettoyage. Sa note de frais aurait également inclus 17 euros d'ampoules, un aspirateur à 300 euros et une cuisine à 10.000 euros.

Si certains remboursements portent sur de petits frais, des kit-kat ou un couteau-éplucheur par exemple, d’autres correspondent à des dépenses très importantes. Le ministre de la Culture Andy Burnham a ainsi obtenu d’être indemnisé pour la rénovation de sa maison, pour un coût de plus de 18.000 euros.

Les bénéficiaires se défendent en soulignant qu'ils respectent la réglementation. Le système britannique prévoit en effet l'indemnisation d'un logement secondaire pour les parlementaires ayant un domicile dans leur circonscription et un autre à Londres. L’indemnisation couvre également l'équipement et l'entretien au sens large du logement. En attendant une modification de la législation, de nombreux parlementaires frémissent à la perspective de la publication, en juillet, de la liste officielle des défraiements des 646 députés depuis 5 ans.