Les ministres français et allemands s'aiment-ils ?

  • A
  • A
Les ministres français et allemands s'aiment-ils ?
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPLES - Le 16e conseil des ministres franco-allemand se tient mercredi. Les nouveaux ministres du cabinet Merkel III vont rencontrer leurs homologues français.

L’INFO. C’est la grand-messe annuelle des relations entre Paris et Berlin. Mercredi s’ouvre le 16e conseil des ministres franco-allemand, à Paris. 18 ministres allemands et 24 de leurs homologues français vont tenir séance commune à l’Elysée, pour le symbole surtout, mais aussi améliorer la coopération entre les deux pays et préparer des positions européennes communes. Mais ce sera aussi l’occasion pour les nouveaux ministres du cabinet Merkel III de rencontrer les officiers de François Hollande.

>> Depuis le mois de décembre, l’Allemagne vit sous la coalition de la droite conservatrice (CDU/CSU) et des sociaux-démocrates (SPD). L’entrée du parti de gauche devrait simplifier les discussions entre Français et Allemands. Europe 1 a tenté malgré tout de mesurer le potentiel d’amour qui existe entre les tandems franco-allemands.

François Hollande – Angela Merkel ♥

Merkel Hollande

© Reuters

 La réserve entre les deux dirigeants n’a échappé à personne. Les petites blagues de François Hollande ne sont pas forcément du goût de la sérieuse Angela Merkel. La chancelière allemande elle-même avoue que les relations sont bonnes, mais concède: "Notre travail commun est alimenté par le fait que nous savons que nous devons travailler ensemble pour garder une Europe unie." Par obligation donc.

Les deux dirigeants viennent en effet de familles politiques opposées et la maîtrise du français de la chancelière allemande ne comble pas tous les fossés. Lors des élections, ils ont chacun soutenu le camp adverse. Mais l’opposition demeure au-delà des soutiens électoraux, explique Michel Drain, chercheur à l'Institut français des relations internationales (IFRI). "Une caractéristique de la politique et de la démocratie allemandes est l’attachement des responsables politiques à leur parti d’origine", souligne-t-il. La sympathie de Merkel pour un président socialiste doit avoir des limites, sous peine de perdre le soutien de sa base. Hans Stark, chercheur à l'IFRI et professeur à la Sorbonne, nuance : "La position d’Angela Merkel sera forcément plus centriste" maintenant que le SPD est au gouvernement. La chancelière a notamment dû lâcher du lest sur les salaires minimum en Allemagne, une grande revendication des sociaux-démocrates. Et cette concession, clairement, se rapproche de la politique des socialistes.

Malgré les dissensions, Merkel et Hollande ont plus de points communs que ne laisseraient penser leurs politiques. Stefan Seidendorf, chargé de recherches à l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg, souligne que les deux dirigeants sont des "ingénieurs du pouvoir qui calculent et arrivent à des synthèses improbables". Et puis François Hollande peut compter sur son germanophone de Premier ministre pour rattraper le tir avec la chancelière.

Pierre Moscovici – Wolfgang Schäuble

Moscovici Schauble

© Reuters

 Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, collabore avec Pierre Moscovici depuis le début du mandat du ministre français. Le ténor francophone de la CDU se rend régulièrement en France et a toujours tenté d’avoir un contact proche avec son homologue, qui comprend également l’allemand. L’approche intégrationniste de l’Europe intégrationniste du ministre allemand rapproche les deux hommes, même s’ils ne viennent pas de la même famille politique. Wolfgang Schäuble comme Pierre Moscovici entendent lutter contre l’inflation et la tournant de rigueur de la France n’a pu que plaire au partisan de l’intransigeance budgétaire. La collaboration entre les deux ministres des Finances est quasi-exemplaire.

Arnaud Montebourg – Sigmar Gabriel 

Sigmar Gabriel Arnaud Montebourg

© Reuters

 Tout devrait les rapprocher et pourtant. Les deux ministres viennent d’un parti de gauche. Et, comme le rappelle Hans Stark, "Montebourg avait été très critique à l’égard de la politique des bas salaires de l’Allemagne", le cheval de bataille du ministre, président du SPD. Mais le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg représente l’aile gauche du PS tandis que le ministre allemand de l’Economie et de l’Energie, le centre du SPD. Les deux hommes se connaissent peu, n’ont pas d’affection particulière pour leurs pays respectifs. Il reste quelques efforts à faire.

Jean-Yves Le Drian – Ursula van der Leyen ♥♥♥

Le Drian Van der Leyen Ursula

© Reuters

Le ministre français de la Défense peut s’estimer chanceux avec le remaniement d’Angela Merkel. Sa très populaire homologue Ursula van der Leyen avait "charmé" Pierre Moscovici, lorsqu’elle était ministre du Travail. La nouvelle ministre de la Défense, considérée comme la dauphine de Merkel, est la caution francophile du gouvernement allemand. Malgré son appartenance à la CDU et sa rencontre passée avec Jean-François Copé lors des présidentielles françaises, elle pousse vers une convergence des intérêts français et allemands. C’est elle qui impulse l’implication de l’Allemagne sur les terrains militaires africains de la France. "Elle va faire des gestes en direction de la France, mais elle ne pourra pas le faire sans l’accord de la chancelière", analyse Hans Stark.

Laurent Fabius – Franck-Walter Steinmeier 

Fabius Franck Walter Steinmeier

© Reuters

 L’expertise de Franck-Walter Steinmeier, le poids lourd des sociaux-démocrates, en tant que ministre des Affaires étrangères est reconnue. Il pousse dans la même direction que sa collègue Ursula van der Leyen, celle d’une stratégie allemande pour l’Afrique. Ce qui a tout pour plaire à Laurent Fabius. Les deux ministres des Affaires étrangères ne se connaissaient pas particulièrement avant le retour de Steinmeier au gouvernement allemand. Mais les deux hommes ont un bon contact, selon le chercheur en relations franco-allemandes. "Pour Laurent Fabius, il est important d’avoir un poids lourd du SPD à ses côtés." Les deux ministres ont d’ailleurs prévu un voyage commun en Moldavie.

Michael Roth – Thierry Repentin

Thierry Repentin Michael Roth Affaires européennes

Si ce n’est leur portefeuille, rien ne rapproche les deux ministres des Affaires européennes. Pourtant, les deux hommes préparent ensemble ce type de sommet. Et ils sont essentiels. Thierry Repentin ne parle que quelques mots d’anglais, et pas un seul d’allemand. Tandis qu’en Allemagne, la fonction revêt une certaine importance, en France, elle n’est souvent qu’un tremplin à une carrière plus prestigieuse. Pour preuve, le prédécesseur de Michael Roth a connu cinq ministres français différents pendant son mandat. Gageons que les relations entre les deux ministres resteront purement professionnelles.