Les meurtres de la "Blonde au marteau"

  • A
  • A
Les meurtres de la "Blonde au marteau"
@ Krasnoufimsk/ Google Map
Partagez sur :

Une mère de famille d'une petite ville russe a tué 17 femmes âgées en l'espace de huit ans.

Pendant huit ans, elle a terrorisé la petite ville russe de Krasnoufimsk, à l'est de Moscou. Irina Gaidamachuk, celle que la police surnommait la "Blonde au marteau", a finalement été condamnée lundi à vingt ans de prison pour les assassinats de dix-sept retraitées entre 2002 et 2010.

L'enquête a duré des années pour savoir qui se cachait derrière cette série de meurtres de femmes âgées. Sa victime la plus jeune avait 61 ans, la plus âgée 89.

"Bonjour, c'est l'assistante sociale"

Le premier meurtre intervient après que les services sociaux ont retiré la garde de son aîné à cette mère de deux enfants rongée par l'alcool.

Le mode opératoire est à chaque fois semblable : Irina Gaidamachuk sonne à la porte de ses victimes, se faisant passer pour une assistante sociale. Une fois entrée dans l'appartement, elle tue alors les vieilles dames à coups de marteau ou de hachette et s'empare de leurs économies.

Des sommes parfois dérisoires, relève Le Parisien, en citant le comité d'enquête : "elle agissait avec cynisme sur des femmes seules pour leur voler leurs économies prévues pour leur enterrement".

Quand sa proie n'est pas à son domicile, la serial killer n'hésite pas à laisser des mots pour lui fixer un rendez-vous. Des preuves qui n'ont pas pu être exploitées pendant longtemps puisqu'en quittant les scènes de crime, Irina Gaidamachuk avait l'habitude d'allumer un incendie ou de provoquer une explosion au gaz.

Plus de 3.000 témoins entendus

Pendant des années, la police sera persuadée d'avoir affaire à un homme déguisé avec une perruque blonde. La presse, qui s'empare de l'affaire, la surnomme "la Blonde au marteau" ou "Raskolnikov en jupon" en référence au personnage de Dostoïevski obsédé par son désir de "tuer la vieille".

Après une très longue traque et l'interrogation de plus de 3.000 personnes, c'est en 2010, après l'assassinat d'une femme de 81 ans, que des témoins mettent enfin la police sur la trace d'Irina Gaidamachuk.

Lorsqu'elle est arrêtée, c'est la stupéfaction. Son époux confie, accablé, à la presse russe : "j'ai vécu quatorze ans avec elle et je ne me suis jamais douté de rien". Quant à la "Blonde au marteau", âgée de 40 ans, elle a confessé ses meurtres et dit avoir tué pour pouvoir être "une mère normale". "J'avais besoin d'alcool et mon mari Youri refusait de me laisser boire", a-t-elle justifié.