Tanzanie : les Massaï victimes des safaris et de la chasse ?

  • A
  • A
Tanzanie : les Massaï victimes des safaris et de la chasse ?
@ Reuters
Partagez sur :

La population Massaï accuse la Tanzanie de vouloir vendre une partie de leurs terres ancestrales à une société des Emirats Arabes Unis, spécialisée dans l’organisation de safaris et de chasses. 

Les Massaï seront-ils expulsés de leurs terres pour permettre les parties de chasse de la famille royale de Dubaï ? C’est ce qu’ont affirmé au Guardian des représentants de la tribu Massaï, qui doivent quitter une partie de leur territoire historique, dans le nord du pays, d’ici la fin de l’année. 

La colère est d’autant plus vive que l’an passé, la Tanzanie avait annulé le projet, face à la grogne populaire. A l’époque, le gouvernement avait entrepris de vendre 1.500 kilomètres carrés à une entreprise des Emirats Arabes Unis, spécialisée dans l'organisation de safaris et de séjours de chasse de luxe. Une société très proche de la famille royale, connue pour faire partie de la clientèle, souligne le quotidien britannique.

La terre que voudrait vendre la Tanzanie est en bordure du célèbre parc Serengeti.

© REUTERS


Contrairement à l’an passé, le gouvernement, se serait dit prêt à injecter quelque 460.000 euros dans l’économie locale. Une offre refusée par les Massaï, qui estiment que cette amputation de territoire impacterait 80.000 personnes, et aurait des répercussions dévastatrices pour l’agriculture. 

>> LIRE AUSSI - Les éléphants de Tanzanie menacés d'extinction 

"C’est très peu, et ça ne peut pas être comparé à de la terre. La terre, c’est de l’héritage", a expliqué au Guardian Samwel Nangiria, l’un des coordinateurs locaux. Pour s’opposer au projet, ce dernier assure avoir reçu des menaces de mort, dont cette lettre "Vous avez décidé de raccourcir votre vie. Les bras du gouvernement sont trop longs". 

L’an passé, la Tanzanie avait fini par abandonner le projet de vente, après des mois de protestation et une pétition, qui avait recueilli 1,7 million de signatures sur le site Avaaz. L’un des directeurs d’Avaaz, interrogé par le Guardian avait affirmé : “Le gouvernement veut mettre les Massaï dehors pour que des familles royales étrangères puissent y chasser les éléphants. Traiter les Massaï comme des indésirables serait désastreux pour l’image de la Tanzanie”. 

Le gouvernement de Tanzanie a démenti tout plan d'éviction des Massaï le 28 novembre. "Ces accusations sont trompeuses et malveillantes", a affirmé le ministre des ressources naturelles, cité par Bloomberg