Les Kadhafi s'attaquent au "clown" Sarkozy

  • A
  • A
Les Kadhafi s'attaquent au "clown" Sarkozy
@ REUTERS
Partagez sur :

Le fils du dirigeant libyen affirme que le clan a financé la campagne de Nicolas Sarkozy. L'Elysée dément.

"La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen." Le clown, c'est Nicolas Sarkozy. Et celui qui lui réclame de l'argent, c'est Saïf al-Islam Kadhafi, l'un des fils de Mouammar Kadhafi. Alors que les forces fidèles au "Guide" libyen reprennent du terrain face aux insurgés, le clan Kadhafi s'en prend au chef de l'Etat français qui a reconnu formellement le Conseil national de transition, qui regroupe l'opposition au régime.

Dans une interview accordée à Euronews, le fils de Kadhafi affirme que son clan a financé une partie de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy. L'Elysée a immédiatement démenti ces allégations.

"Nous avons financé la campagne de Sarkozy"

"Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale", martèle Saïf al-Islam Kadhafi. Le fils du leader libyen assure qu'il ne s'agit pas paroles en l'air : "c’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler."

Regardez un extrait de l'interview :

"Rendez-nous notre argent"

Saïf al-Islam Kadhafi indique dans cette interview que cette aide a été accordée à Nicolas Sarkozy "afin qu'il oeuvre pour le peuple libyen". "Mais il nous a déçu. Rendez-nous notre argent. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement", ajoute-t-il.

Cette pique du fils Kadhafi n'était pas la première attaque contre le Président français. Mardi, le "Guide" libyen avait ironisé sur la santé mentale de Nicolas Sarkozy, dans une interview à la télévision allemande RTL. "C'est mon ami, mais je crois qu'il est devenu fou. Il souffre d'une maladie psychique. C'est ce que dit son entourage. Ses collaborateurs disent qu'il souffre d'une maladie psychique", a-t-il déclaré.