Les Israéliens aux urnes pour des législatives incertaines

  • A
  • A
Les Israéliens aux urnes pour des législatives incertaines
@ AFP/MENAHEM KAHANA
Partagez sur :

EN IMAGES - Ils sont près de six millions à voter dans tout le pays pour décider de tourner ou non la page Netanyahou.

Bien heureux celui qui pourra prédire l'issue du vote. Depuis tôt mardi matin, les Israéliens élisent leur nouveau Parlement dans des législatives très incertaines. Les 5,9 millions d'électeurs ont jusqu'à 21h (heure de Paris) pour choisir leurs 120 députés et indirectement leur nouveau Premier ministre.

Israel Elections Netanyahou AFP

© AFP/SEBASTIAN SCHEINER

Mais ce vote a pris ces dernières semaines des allures de référendum sur la personne de Benjamin Netanyahou, le chef du gouvernement qui se représente pour un nouveau mandat. Ce conservateur est à la tête du pays depuis six ans et a lui-même convoqué des élections il y a trois mois, sans se douter à l'époque qu'il se trouverait mis en difficulté. Quelques jours avant le scrutin, les sondages ne prévoyaient qu'une deuxième place au Likoud, son parti politique.

Israel Herzog AFP

© AFP/THOMAS COEX

La première place de ces élections lui est disputé par une alliance de partis de gauche, l'Union sioniste, créditée d'une courte avance. Cette liste est menée par Isaac Herzog, travailliste et fils d'un ancien président israélien, qui, s'il gagne l'élection, pourrait bien devenir le prochain Premier ministre. Il se bat aux côtés de Tzipi Livni, l'ancienne (et médiatique) ministre centriste de Netanyahou.

Israel legislatives AFP

© AFP/JACK GUEZ

Mais même s'il fait gagner son Union, Isaac Herzog n'est pas assuré d'être au pouvoir. Un peu plus de 10 listes devraient se partager les 120 sièges de députés à la Knesset et aucune des formations n'aura la majorité absolue. Le grand gagnant devra donc trouver des alliés pour former une coalition et ainsi arriver au gouvernement. Des manœuvres politiques qui pourraient être malaisées pour Isaac Herzog.

Parti arabe AFP

© AFP/AHMAD GHARABLI

S'il n'espère pas entrer au gouvernement, Ayman Odeh pourrait devenir une figure importante de l'opposition israélienne. Pour la première fois de l'histoire israélienne, les partis arabes se sont alliés pour proposer une liste commune et ainsi espérer peser dans la vie politique. La Liste commune pourrait bien devenir la troisième force politique du pays. Un résultat qui, s'il est confirmé mardi soir, serait inédit.

Israel elections arabe AFP

© AFP/AHMAD GHARABLI

Reste à savoir combien d'Arabes israéliens iront aux urnes. S'ils représentent 20% de la population de l'Etat hébreu, les habitants musulmans se détournent généralement des urnes. Traditionnellement, seul un Arabe israélien sur deux va voter.

Israel élections selfie AFP

© AFP/GIL COHEN MAGEN

Poussés par le soleil, les enjeux, l'incertitude du résultat, les Israéliens, comme ces soutiens du parti de centre-droite Yesh Atid, sont allés voter dès les premières heures de cette journée électorale traditionnellement fériée.

Israel election orthodoxe AFP

© AFP/MENAHEM KAHANA

Les Israéliens devraient avoir une idée précise de la formation de leur 20e Parlement avec les premiers sondages à la sortie des urnes, immédiatement après 21h. Mais les tractations qui commenceront ensuite pourraient prendre des jours, voire des semaines.

>> LIRE AUSSI - Les Arabes israéliens : arbitres des législatives ?

>> LIRE AUSSI - Les Français, très courtisés pendant la campagne

>> ÉCOUTER AUSSI - Israël : une société un peu schizophrénique

>> LIRE AUSSI - Pourquoi Netanyahou convoque des élections anticipées