Les Invictus games, une compétition "royale"

  • A
  • A
Les Invictus games, une compétition "royale"
La cérémonie d'ouverture des Invictus Games s'est tenue à Londres mercredi@ Reuters
Partagez sur :

EN IMAGES - Le prince Charles, sa femme et ses deux fils étaient présents pour l'ouverture de cette compétition hommage aux soldats, à Londres.

Quand le prince Harry organise un événement, son père, son frère et sa belle-mère se déplacent pour assister à son lancement. Mercredi, les Invictus Games se sont ouverts à Londres. Cette compétition sportive, dédiée aux vétérans de guerre, se tiendra jusqu'à dimanche au Royaume-Uni.

Le prince Charles, William, Harry et leur belle-mère Camilla semblent avoir passé un bon moment lors de la cérémonie d'ouverture.

Charles Harry Invictus 1280

© Reuters

William Camilla 1280

© Reuters

Plus de 400 militaires blessés au combat se retrouveront lors de cette compétition sportive, organisée par le prince Harry qui a servi à deux reprises en Afghanistan. Treize pays, dont l'Afghanistan, la France, l'Italie ou les Etats-Unis, seront représentés.

Soldats Invictus 1280

© Reuters

Le prince Harry s'est personnellement impliqué dans les Invictus Games. "Je commence seulement à me rendre compte du défi que cela représente pour ces hommes et ces femmes, et mon admiration pour leur capacité à surmonter leurs blessures est sans bornes", a-t-il dit pour expliquer son implication lors de la cérémonie d'ouverture.

Harry Invictus 1280

© Reuters

Harry et William étaient également présents lors du premier jour des épreuves, jeudi. Kate, qui devait également s'y rendre, a dû annuler en raison de sa grossesse.

Harry William Invictus

© Reuters

Auparavant, les trois hommes de la famille royale britannique étaient allés à la rencontre des représentants de l'équipe nationale, tous des anciens soldats. Ce n'est pas la première fois que le prince Harry s'engage auprès des blessés de guerre. En décembre, il avait participé à une randonnée en Antarctique dans le cadre d'une course humanitaire.

Charles Invictus

© Reuters