Les "indignés" priés de décamper

  • A
  • A
Les "indignés" priés de décamper
@ Reuters
Partagez sur :

De Toronto à Melbourne en passant par Paris, les "indignés" sont délogés au quatre coins du monde.

Sale temps pour les indignés. Depuis le début de la semaine nombre d'entre eux ont été sommés de décamper, un peu partout dans le monde. De Toronto à Melbourne, en passant par Paris, les municipalités ont pris des mesures d'évacuation. Si dans certaines villes ces arrêtés ont porté un coup dur au mouvement, dans d'autres les "indignés" sont revenus au petit matin pour poursuivre leur action.

Tour d'horizon des villes concernées par ces évacuations.

Les "indignés" de la Défense évacués après 10 jours

La police est intervenue mardi soir pour démanteler le campement des "indignés" installés depuis une dizaine de jours sous la Grande Arche du quartier d'affaires de La Défense, près de Paris.

Vers 21h50, des policiers et des gendarmes mobiles, au nombre d'une centaine selon la préfecture, ont confisqué les cartons, pancartes, bâches constituant le campement des Indignés, qu'ils ont encerclés.

Voici des images de cette intervention de police qualifiée de "violente" :

Les "indignés" ont qualifié de "violente" cette intervention à l'issue de laquelle aucun blessé n'a été signalé. Dans la nuit de mardi à mercredi, le campement regroupant une centaine de manifestants s´est vu à nouveau saccagé avec violence par les forces de l´ordre qui sont allées jusqu´à piétiner la nourriture et les médicaments, ont indiqué les Indignés dans un communiqué.

Zurich, une évacuation sans incident

Le camp des "indignés" à Zurich, qui s'était installé sur une place de la vieille ville, a été évacué sans incident mardi, par la police de la ville. Environ 30 militants, qui avaient résisté passivement à leur expulsion, ont été emmenés au poste de police, avant d'être relâchés.

Ils se sont ensuite réfugiés dans les bâtiments appartenant à une église du centre-ville. Les quelque 40 tentes ont été démontées, et la voirie a ensuite ramassé 3,5 tonnes de déchets. Les militants campaient dans la vieille ville de Zurich depuis le 17 octobre.

Sur cette vidéo, on observe les policiers déloger dans le calme les zurichois :

Un homme blessé en Californie

La police a tiré sur un homme armé sur le campus de l'université de Berkeley, en Californie, au moment où un millier de militants anti-Wall Street manifestaient. L'homme blessé, mais dont l'état n'a pas été précisé, a été emmené à l'hôpital et l'école de commerce où se sont déroulés les faits a été évacuée, a indiqué l'université.

A Oakland, juste à l'est de San Francisco, la police est intervenue lundi à l'aube pour démanteler un autre campement installé par des militants anti-Wall Street

Voici les images de l'évacuation du petit camp d'Oakland :



































<a href='http://video.latino.msn.com/watch/video/por-graves-incidentes-policia-de-oakland-desaloja-campamento-occupy/g9n4mac8?src=v5:embed::' target='_new' title='Por graves incidentes policía de Oakland desaloja campamento "Occupy"_' >Video: Por graves incidentes policía de Oakland desaloja campamento "Occupy"_</a>


Les manifestants avaient rejeté vendredi un appel à lever leur camp de toile, installé sur une place faisant face à l'hôtel de ville, après plusieurs échauffourées avec les forces de l'ordre au cours des dernières semaines. La police en tenue antiémeute a procédé à 32 arrestations.

Une évacuation peu fructueuse à New York

La situation se complique pour les militants d'Occupy Wall Street. Dans la nuit de lundi à mardi, ils ont été délogés par les forces de l'ordre. Mais le véritable coup dur pour le mouvement a été porté mardi soir. Un juge a interdit le matériel de camping dans Zuccoti park, le QG des manifestants situé à deux pas du centre de la finance mondiale. En d'autres termes, les "indignés" peuvent rester dans le parc, mais sans leur tente. Certains ont ainsi passés la nuit à leur QG malgré l'absence de matériel pour dormir.

Voici les images de leur évacuation :





Les indignés de Toronto priés de quitter les lieux

La municipalité de Toronto a demandé mardi aux "indignés" de lever leur camp installé dans un espace vert du centre-ville sous peine d'être expulsés de force à la manière de ce qui est arrivé aux contestataires d'"Occupy Wall Street" à New York.

Des notices d'éviction ont été apposées par des officiers de police sur les tentes des contestataires canadiens du mouvement "Toronto Occupy". Ces derniers sont installés depuis un mois dans le parc de St-James. Mais contrairement à ce qui s'est passé à New York et à Oakland où les protestataires se sont parfois heurtés à la police, le mouvement est resté globalement pacifique dans la capitale financière canadienne.   

Trois personnes arrêtées à Melbourne :

Quelques dizaines de personnes avaient installé un campement à Melbourne, en Australie. Ils ont été évacués par les forces de police mercredi matin. Les tentes et les bâches ont ainsi été enlevées. Trois personnes ont été arrêtée ils ont été évacués ce matin.

Voici des images de l'évacuation du camps australien :





Mercredi après-midi, les "indignés" de Londres ont eux aussi été sommés de lever le camp sous 24 heures. Si ces évacuations ne sont pas liées les unes aux autres, le fait qu'elles interviennent sur une même période, risque d'affaiblir le mouvement, déjà en perte de vitesse depuis l'arrivée des températures hivernales.