Les hôtesses de Turkish Airlines privées de rouge à lèvres

  • A
  • A
Les hôtesses de Turkish Airlines privées de rouge à lèvres
@ Reuters
Partagez sur :

La société turque a provoqué une polémique en interdisant à ses hôtesses de l'air de se maquiller librement.

C'est une polémique d'ampleur en Turquie. La compagnie Turkish Airlines a annoncé qu'elle interdisait désormais à ses hôtesses de l'air de mettre du rouge à lèvres et du vernis à ongles. Une initiative qui a suscité la critique des partisans de la laïcité.

L'argument : ça "gâche l'identité visuelle". "Suite à l'abandon par la compagnie d'uniformes de couleur rouge et rose foncé (...) l'usage de rouge à lèvres et de vernis à ongles de ces couleurs par notre personnel de bord gâche l'intégrité visuelle", estime Turkish Airlines.

L'alcool proscrit sur certains vols. En plus de cette double interdiction, la compagnie a décidé de proscrire l'alcool sur la plupart des liaisons intérieures et celles à destination de certains pays islamiques. Parallèlement, le port du voile est désormais autorisé pour les femmes membres du personnel au sol.

Colère des partisans de la laïcité. Cette initiative n'a pas été du goût de tout le monde en Turquie. Les partisans de la laïcité dénoncent un nouveau pas vers l'islamisation de la société turque. La quatrième compagnie aérienne européenne a justifié sa décision en affirmant que cela permettrait au personnel de bord d'être "plus naturel et plus soigné avec un maquillage aux tons pastel". "Personne ne peut nier que la Turquie est devenue un pays plus conservateur et plus religieux", a estimé Atilay Aycin, président du syndicat Hava-Is, majoritaire dans l'entreprise.  a-t-il ajouté.

Quelques précédents. Ce n'est pas la première fois que Turkish Airlines se fait remarquer de la sorte. En août 2010, la compagnie annonçait donner six mois à quinze stewards et treize hôtesses pour perdre du poids et retrouver leur emploi après qu'ils ont été placés en congé sans solde. Plus récemment, en février dernier, la compagnie a suscité une polémique sur un projet d'uniformes (très) longs, avec des robes qui descendent en-dessous des genoux.

>> Lire aussi : Des uniformes trop longs ?