"Les habitants de Crimée veulent être rattachés à la Russie"

  • A
  • A
"Les habitants de Crimée veulent être rattachés à la Russie"
@ EUROPE1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Alexeï Pouchkov, proche de Vladimir Poutine, rejette l'idée que la Russie souhaite annexer la Crimée.

"La Russie ne veut pas annexer la Crimée, ce sont les habitants de Crimée qui veulent être rattachés à la Russie". Pour Alexeï Pouchkov, président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, la Russie ne force pas le destin de cette région autonome du sud de l'Ukraine.

"Ils sont restés proches de la Russie". Invité de Jean-Pierre Elkabbach, mardi matin sur Europe 1, ce proche de Vladimir Poutine, a rappelé que la Crimée a longtemps appartenu à la Russie "et les habitants sont restés proches de la Russie".

Pour justifier la présence de soldats russes sur le territoire de Crimée, Alexeï Pouchkov a brandi la menace que représentent les groupes néonazis. "Nous continuerons à agiter la menace néonazi tant que le gouvernement ukrainien ne les désarmera pas", a-t-il indiqué.

Les observateurs de l'OSCE sont arrivés "comme ça". Alexeï Pouchkov a également justifié le refus de laisser les 54 observateurs internationaux dépêchés par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). "Il n'y a pas eu de demande officielle, ils sont arrivés comme ça", a-t-il indiqué.

Pour Alexei Puchkov, "une Ukraine fédérale, serait une Ukraine plus juste" :



Ce proche de Vladimir Poutine a par ailleurs signalé que "s'il y avait usage des armes par l'armée ukrainienne alors il y aurait riposte", du côté des forces russes. En revanche, si un dialogue se profilait, alors les Russes souhaiteraient voir se mettre en place un gouvernement de coalition, a indiqué le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma. "Il y aurait un gouvernement de coalition où tous les partis politiques seraient représentés mais aussi toutes les régions", a-t-il détaillé.

L'interview dans son intégralité ici :



sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Pourquoi Moscou veut mettre la main sur la Crimée

ANALYSE - Pourquoi l'Allemagne est en première ligne sur l'Ukraine

INTERVIEW - Ukraine : "les Russes sont un peu coincés"