Les gaffes d’Obama en Birmanie

  • A
  • A
Les gaffes d’Obama en Birmanie
Le baiser de Barack Obama semble avoir un peu gêné Aung San Suu Kyi.@ MAXPPP
Partagez sur :

Noms écorchés et baiser mal venu : à Rangoun, le président américain a été quelque peu maladroit.

Son visage est connu dans le monde entier, mais nombreux sont ceux qui échouent à prononcer son nom correctement. Aung San Suu Kyi, la chef de l’opposition birmane, ne s’attendait toutefois peut-être pas à ce que Barack Obama en personne écorche son patronyme lors de sa visite historique à Rangoun lundi.

• Première gaffe. A plusieurs reprises, le président américain a appelé la lauréate du prix Nobel de la Paix "Aung Yan Suu Kyi" ou buté entre le "San" et le "Suu". Le nom de l’opposante est souvent prononcé "Ang San Sou Ki", alors qu’il faut lui préférer "Ang San Sou Tchi". "C’est à la fois embarrassant et triste que le leader du monde libre n’arrive même pas à prononcer le nom de la militante des droits de l’Homme la plus célèbre de la planète", déplore l’éditorialiste Nile Gardiner dans le Telegraph.

Barack Obama s'est rendu au domicile d'Aung San Suu Kyi :





• Deuxième gaffe. Courtoise, l’intéressée n’a cependant pas relevé la gaffe du président. Elle a peut-être eu plus de mal à avaler un autre impair : à la fin de sa conférence de presse au domicile de la "Dame" de Rangoun, Barack Obama a enlacé et embrassé la militante. Or, en Asie du sud-est, explique Nicolas Asfouri, il est de coutume de se saluer en joignant les mains et les "contacts physiques" et les "effusions" sont en général évités, explique un photographe de l’AFP sur le blog consacré aux coulisses de l’agence. D’où l’air de "gêne et de timidité" d’Aung San Suu Kyi qui transparait nettement sur les images.

>> A lire aussi : Obama chez la "Dame" de Rangoun

• Troisième gaffe. La militante n’est pas la seule à avoir fait les frais des maladresses de Barack Obama. Le chef d’Etat américain s’est en effet aussi montré un peu trop familier avec Thein Sein, le président birman, qu’il a appelé "président Sein", un surnom relativement familier pour les Birmans. La prochaine fois, Barack Obama devra donc s’adresser plutôt au "président Thein Sein", recommande Associated Press.

obama et thein sein, birmanie

© REUTERS


• Quatrième gaffe. Autre "gaffe" relevée par The Weekly Standard : Barack Obama a parlé avec Thein Sein du "Myanmar", l’appellation officielle du régime pour désigner la Birmanie. Officiellement, les États-Unis, comme Aung San Suu Kyi, préfèrent utiliser le nom "Birmanie".

Le revirement de Barack Obama a suscité l’émoi chez les observateurs avertis, à tel point que l’un des conseillers du président, Ben Rhodes, a été contraint de s’expliquer. La position américaine n’a pas changé, a-t-il assuré à la presse, Barack Obama ayant simplement fait preuve de "courtoisie diplomatique".

Alexandre Adler, éditorialiste pour Europe 1, analyse dans sa chronique les raisons de la visite de Barack Obama en Asie, à peine 15 jours après sa réélection: