Les Européens de moins en moins favorables à l'UE

  • A
  • A
Les Européens de moins en moins favorables à l'UE
Image d'illustration.@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

Selon un sondage publié mardi, la majorité des Européens sont paradoxalement contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le soutien de l'opinion publique européenne aux Vingt-Huit a considérablement diminué au cours de l'année dernière dans 10 grands Etats, montre un rapport publié mardi par l'institut américain Pew Research.

En France, une image très détériorée. Dans le même temps, les Européens souhaitent en grande majorité voir la Grande-Bretagne rester dans l'UE : 89% des Suédois, 75% des Hollandais et 74% des Allemands considèrent qu'un Brexit serait une mauvaise chose. En revanche, ils sont de moins en mois nombreux à avoir une vision favorable des institutions européennes. La France est le pays où l'image de l'UE s'est la plus fortement détériorée : seuls 38% des Français en ont une opinion favorable, alors qu'ils étaient encore plus de la moitié (55%) en 2014. Les opinions favorables sont aussi en net recul en Espagne (-16%), en Allemagne, (-8%) et au Royaume-Uni (-7%, avec 44%).

Crise migratoire... "Une grande partie du mécontentement à l'égard de l'UE parmi les Européens peut être attribuée à la gestion de la question des réfugiés par Bruxelles. Dans tous les pays sondés, une large majorité désapprouve la manière dont Bruxelles a géré le problème", explique le rapport. Ainsi, en Grèce, où les migrants ont afflué depuis la Turquie par la mer Egée, 94% des interrogés pensent que la crise migratoire a été mal gérée par l'UE. Ils sont 88% en Suède, 77% en Italie et 75% en Espagne à juger de même.

... et économie. L'économie est la deuxième source d'insatisfaction, avec toujours la Grèce au premier rang des mécontents (92% des sondés désapprouvent la gestion économique de l'UE), suivie par l'Italie (68%) et la France (66%). La Grèce et le Royaume-Uni sont les deux pays dans lesquels les sondés se disent les plus favorables à la rétrocession aux gouvernements nationaux de certains pouvoirs actuellement exercés par l'UE.