Les Etats-Unis se préparent à l'arrivée de Matthew

  • A
  • A
Les Etats-Unis se préparent à l'arrivée de Matthew
En prévision de l'arrivée de l'ouragan, les Américains ont fait des réserves de nourriture@ BRUCE WEAVER / AFP
Partagez sur :

Sacs de sable et réserves de nourriture, face à l'ouragan de puissance 3, le sud-est des États-Unis se prépare.

Le sud-est des Etats-Unis se préparait à recevoir l'impact de Matthew, l'ouragan le plus puissant à frapper les Caraïbes en dix ans se dirigeant directement en sa direction après avoir déjà fait au moins 14 morts en Haïti et en République dominicaine.

L'ouragan devrait s'intensifier. Particulièrement vulnérable, Haïti, pays le plus pauvre de la région, affichait le plus lourd bilan avec au moins dix morts, selon les chiffres encore très provisoires donnés mercredi, une partie du pays ayant été longuement coupée du monde. Matthew balayait mercredi soir l'archipel touristique des Bahamas avec des vents légèrement plus faibles mais restant violents, à 185 km/h, forçant la fermeture des aéroports. L'ouragan "devrait s'intensifier plus tard ce soir et jeudi", mettait en garde le centre américain de surveillance des ouragans à 1h du matin (heure de Paris).

En catégorie 3 sur 5. Se déplaçant lentement à 19 km/h vers le nord-ouest, "Matthew traversera les Bahamas ce soir et demain, et devrait arriver très proche de la côte Est de la Floride d'ici demain soir", précisaient ses météorologues. L'ouragan devrait rester au moins en catégorie 3 sur 5 (vents supérieurs à 178 km/h), voire gagner en puissance à mesure qu'il se rapproche des côtes américaines, selon le National Hurricane Center (NHC). Vendredi, ses vents avaient atteint 260 km/h (cat. 5). Il se trouvait à 580 kilomètres au sud-est de West Palm Beach, station balnéaire de Floride située à une centaine de kilomètres au nord de Miami.

Une "tempête sérieuse". Distribution gratuite de sacs de sable, péages levés et ouverture de refuges, cet Etat du sud-est des Etats-Unis habitué aux tempêtes tropicales se préparait néanmoins frénétiquement à l'arrivée de Matthew. Barack Obama a averti qu'il s'agissait d'une "tempête sérieuse", appelant les Américains à la vigilance. Les gouverneurs de plusieurs Etats menacés ont décrété l'état d'urgence. "Si vous pouvez partir, faites-le maintenant", a déclaré le gouverneur de la Floride Rick Scott, en ordonnant mercredi d'évacuer, volontairement ou obligatoirement selon les comtés, les zones sur la trajectoire de l'ouragan.

La Floride pourrait être "directement touchée" par le coeur de l'ouragan, a prévenu Rick Scott qui a mobilisé 500 militaires de la Garde nationale, 6.000 autres restant en alerte. L'impact sera de toutes façons "dévastateur", a-t-il dit. Un grand tronçon de côte de la Floride a été placé en alerte ouragan, depuis Golden Beach, à une trentaine de kilomètres au nord de Miami, jusqu'à la limite entre les comtés de Flagler et Volusia, quelque 400 kilomètres plus au nord.

Toute la côte sud-est est mobilisée. Des vents violents et de fortes précipitations caractéristiques des tempêtes tropicales sont attendus dès jeudi matin tôt en Floride, selon le NHC. "De hautes vagues provoquées par Matthew causeront une montée des eaux bien avant et bien au-delà de la trajectoire" de l'oeil de l'ouragan, avertissent ses météorologues. "Il existe un risque d'inondations menaçant les vies humaines ces 36 prochaines heures le long de la côte Est de Floride".

Battues par les vents, les plages du comté de Volusia d'ordinaire fréquentées par de nombreux touristes étaient désertées mercredi, tandis que les bouteilles d'eau et conserves venaient à manquer sur les étalages de certains supermarchés. Au nord de Volusia, jusqu'à la rivière Savannah à la frontière entre la Géorgie et la Caroline du Sud, la côte a été placée sous surveillance ouragan, ce qui signifie qu'on peut s'attendre à de fortes précipitations et des vents violents d'ici vendredi soir. En Caroline du Sud, déjà frappée en 2015 par de graves inondations, plus d'un million de personnes vivant près des côtes ont reçu l'ordre de se réfugier dès mercredi à l'intérieur des terres.

L'armée américaine a, quant à elle, décidé mercredi de mettre à l'abri plusieurs navires et avions en les éloignant de la trajectoire de l'ouragan.